• Merci janine

  •  

               Orchidée

    Tu ne peux avoir été crée,
    Que par les doigts d'une fée.
    Te ramasser, c'est te profaner,
    Et abimer ta beauté
    Cependant si belle à regarder,
    Je ne peux que m'incliner,
    Devant celui qui ta élevée.
    Orchidée, chère orchidée,
    Quelle fleur, plus belle serait mieux parée,
    De mille couleurs irisée,
    Aux milliers de saveur parfumée,
    Oh bien aimée orchidée,
    Tu me fais rêver.
    "André Robin"

    Orchidée!

     

    2 commentaires
  •  

     

    Chez Pépé Nicolas suite et fin

    Chez Pépé Nicolas suite et fin

    Chez Pépé Nicolas suite et fin

    Chez Pépé Nicolas suite et fin

    siège pour traire 

    Chez Pépé Nicolas suite et fin

    explication d'Eric !

    Chez Pépé Nicolas suite et fin

    en file indienne.......

    "Arbe" en patois savoyard veut dire vieille maison , le "courtis" jardin

    La première fois que j'y suis allée c'était en 1962 ,avec mon mari ( qui ne connaissait pas la Savoie ) il n'existait que " l'Arbe" ,et quelques vieux cabanons) il fallait se baisser pour passer  la porte , le fromage se faisait dans la même pièce où Pépé Nicolas dormait , son fils devait avoir 14 an à peut près , celui-ci  une fois marié  a eu trois garçons ces derniers devenus  adultes on repris l'affaire en 1986  et l'on fait fructifié avec restaurant et vente à la ferme . En 2007, les plus grands cuisiniers y sont venus quand ils ont célébré en grande pompe les 50 ans , d'exitance de la "Chasse" A l'époque il manquait déjà un frère , depuis les deux sont allés le rejoindre, Eric il y a  pas très longtemps, puisque j'ai encore eu la chance de pouvoir bavardé avec lui .C'est maintenant sa fille qui de main de maitre fait marché l'affaire en été , en hiver toutes les bêtes ont retrouvé  leurs demeures et oui il faut savoir que tous les animaux  qui sont là sont en pensions l'été chez Pépé Nicolas !l'hiver ils retrouvent leurs véritables lieux  d'habitation

    Quand je suis en Savoie il est bien rare si je ne vais pas y faire mon petit tour , je me ressource la haut , on est tellement bien  à 2000 m , au milieu de cette paisible nature, au pieds des hauts sommets ........

      

    Chez Pépé Nicolas suite et fin


    17 commentaires
  •  

    Chez Pépé Nicolas, c’est une histoire de famille, celle de Nicolas Jay, alpagiste, qui acquiert en 1957 la montagnette « La Chasse » pour l’estive de ses vaches et chèvres et pour fabriquer la tomme de Savoie.

    Trois de ses petits-fils, Eric, Bruno et Thierry, reprennent l’exploitation en 1986 et aménagent l’été une ferme pédagogique.                              "A suivre "

    Chez Pépé Nicolas

     


    21 commentaires
  •  

    Tu me soulage, m'apaise, me protège,

    Tu es mon refuge.

    -----------

    Je me laisse emporter par ta magie,

    Dans une autre vie.

    Au fil de tes pages vogue mon esprit,

    Avec toi les heures s'écoulent, tu es mon ami.

    --------------

    Je garde tes plus belles phrases,

    Que je couche  sur des pages,

    je suis devenue un de tes personnages, 

    Qui a le pouvoir insoupçonné d'apaiser mon image.

    --------------

    Le temps vient ,hélas ,où je dois te quitter,

    Retourner dans le monde de la réalité,

    Mais bien vite je viendrai te retrouver,

    Et à nouveau dans tes pages m'infiltrer.

    "Hélène" 

    écris en janvier 2016

    Mon livre .......

     


    17 commentaires
  • On dirait que la mer est boursouflée de rage
    Et ses flots sont bombés sous le ciel nuageux :
    La Méditerranée du vent et de l’orage !
    Couleur d’ardoise pâle éclaboussée de bleu,

    Elle n’a plus du tout cet aspect apaisant
    Qu’on croit perpétuel. Puis elle devient grise –
    Le gris sombre et profond de son frère océan –
    Et se creuse soudain déchirée par la bise.

    Un long éclair zébrant a fait craquer le ciel
    Et la mer a hurlé sous son coup de boutoir.
    Les lames agitées ressemblent à des ailes,
    Les rémiges claquants d’immenses corbeaux noirs.

    Maintenant tout se mêle, et les nues, et les vagues,
    Maëlstrom affolé et enchevêtrement.
    La foudre en continu frappe à grands coups de dague
    La surface de l’eau : un combat de Titans !

    Ivan Aïvazovsky
    (1817-1900)

    Un orage en mer


    15 commentaires
  •  

    Au bord de la mer

    Près de la mer, sur un de ces rivages
    Où chaque année, avec les doux zéphyrs,
    On voit passer les abeilles volages
    Qui, bien souvent, n’apportent que soupirs,
    Nul ne pouvait résister à leurs charmes,
    Nul ne pouvait braver ces yeux vainqueurs
    Qui font couler partout beaucoup de larmes
    Et qui partout prennent beaucoup de cœurs.
    Quelqu’un pourtant se riait de leurs chaînes,
    Son seul amour, c’était la liberté,
    Il méprisait l’Amour et la Beauté.
    Tantôt, debout sur un roc solitaire,
    Il se penchait sur les flots écumeux
    Et sa pensée, abandonnant la terre
    Semblait percer les mystères des cieux.
    Tantôt, courant sur l’arène marine,
    Il poursuivait les grands oiseaux de mer,
    Imaginant sentir dans sa poitrine
    La Liberté pénétrer avec l’air.
    Et puis le soir, au moment où la lune
    Traînait sur l’eau l’ombre des grands rochers,
    Il voyait à travers la nuit brune
    Deux yeux amis sur sa face attachés.
    Quand il passait près des salles de danse,
    Qu’il entendait l’orchestre résonner,
    Et, sous les pieds qui frappaient en cadence
    Quand il sentait la terre frissonner
    Il se disait: Que le monde est frivole! »
    Qu’avez-vous fait de votre liberté!
    Ce n’est pour vous qu’une vaine parole,
    Hommes sans coeur, vous êtes sans fierté!
    Pourtant un jour, il y porta ses pas
    Ce qu’il y vit, je ne le saurais dire
    Mais sur les monts il ne retourna pas.

    Étretat, 1867

    Guy de Maupassant

    BARRES DE SEPARATION MER OCEAN 1 - VALIE CREATIONS 


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
src="http://ekladata.com/bleulezard.eklablog.com/perso/flocons.js" type="text/javascript">