• Création Eve

  • La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.

    Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.

    Mais on entend parfois, comme une morne plainte,

    Quelque chien sans abri qui hurle au coin d’un bois.

    Plus de chansons dans l’air, sous nos pieds plus de chaumes.

    L’hiver s’est abattu sur toute floraison ;

    Des arbres dépouillés dressent à l’horizon

    Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

    La lune est large et pâle et semble se hâter.

    On dirait qu’elle a froid dans le grand ciel austère.

    De son morne regard elle parcourt la terre,

    Et, voyant tout désert, s’empresse à nous quitter.

    Et froids tombent sur nous les rayons qu’elle darde,

    Fantastiques lueurs qu’elle s’en va semant ;

    Et la neige s’éclaire au loin, sinistrement,

    Aux étranges reflets de la clarté blafarde.

    Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !

    Un vent glacé frissonne et court par les allées ;

    Eux, n’ayant plus l’asile ombragé des berceaux,

    Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.

    Dans les grands arbres nus que couvre le verglas

    Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;

    De leur oeil inquiet ils regardent la neige,

    Attendant jusqu’au jour la nuit qui ne vient pas.

    "Guy de Maupassant"

    Tombe la neige


    4 commentaires
  • " Citations"

     Ce n'est sans doute pas par hasard si le siècle des Lumières se situe plusieurs décennies avant l'invention de l'électricité. 

    "Citation de Philippe Bouvard ; Mes dernières pensées sont pour vous (2017)"

     

     Il est des sites qui n'ont rien d'enchanteur par eux-mêmes, mais que rendent délicieux certains jeux de lumière, à ce point qu'on les préfère à des paysages plus gracieux et plus riants. 

    "Citation de Victor Cherbuliez ; Meta Holdenis (1873)"

     

     Bien souvent, en amour, on marche dans l'obscurité jusqu'au moment où la lumière se fait tout à coup ; il suffit parfois d'un regard ou d'un geste pour être éclairé sur l'état de son propre cœur. 

    "Citation de Maxime Du Camp ; Les forces perdues (1867)"

     

     De toutes les façons qu'a le tournesol d'aimer la lumière, le regret est la plus belle ombre sur le cadran solaire. 

    "Citation de Paul Éluard ; L'Immaculée Conception (1930)"

     

     Ceux qui marchent dans l'obscurité se réjouissent à la vue de la lumière. 

    "Citation de Nicolas Malebranche ; La recherche de la vérité (1675)"

     

     La fortune met en lumière les qualités, comme le soleil éclaire tout ce qui existe. 

    "Citation de Gustave Le Bon ; Les bases scientifiques d'une philosophie de l'histoire (1931)"

    Les lumières

     

     


    16 commentaires
  •  

    Alors que sur les monts l'ombre s'est abaissée,

    Des jours qui ne sont plus s'éveille la pensée ;

    Le temps fuit plus rapide, il entraîne sans bruit

    Le cortège léger des heures de la nuit.

     

    Un songe consolant rend au cœur solitaire

    Tous les biens qui jadis l'attachaient à la terre,

    Ses premiers sentiments et ses premiers amis,

    Et les jours de bonheur qui lui furent promis.

     

    Calme d'un âge heureux, pure et sainte ignorance,

    Amitié si puissante, et toi, belle espérance,

    Doux trésors qui jamais ne me seront rendus,

    Ah ! peut-on vivre encore et vous avoir perdus !

    "Amable Tastu"

     Rêverie


    13 commentaires
  • le Palais Longchamp ne manque pas d’attrait, ni de charme. C’est d’ailleurs l’un des plus beaux monuments de Marseille.

    Selon que vous l’abordiez par le Boulevard Longchamp ou de l’autre côté par le Boulevard du jardin zoologique, l’expérience est différente. Si c’est votre première visite, l’entrée du Boulevard Longchamp est la plus remarquable. En effet, le palais surplombe le boulevard Longchamp avec ses fières statues et ses majestueuses fontaines.

    Un bijou architectural

    L’édifice, créé pour fêter l’arrivée de l’eau via le canal de Marseille, exalte cet élément à travers son architecture et sa composition. Le problème de l’eau a longtemps été majeur à Marseille. Le 8 juillet 1847, les eaux arrivent sur le plateau Longchamp depuis la Durance. Du coup, c’est tout Marseille qui se transforme. C’est à cette occasion que l’architecte Henry Espérandieu (à qui l’on doit notamment la Basilique Notre Dame de la Garde) dessine un projet ambitieux comprenant une fontaine monumentale entourée de deux ailes tout aussi imposantes. L’aile gauche abrite le Muséum d’Histoire Naturelle qui abrite quantité de curiosités du XVIIIème, tandis que l’aile droite accueille le Musée des Beaux-Arts qui conserve des peintures, des sculptures datant du XVI ème au XIXème siècle. C’est le plus vieux musée marseillais ! Il en effet ouvert depuis 1801.

    Deux escaliers contournent la fontaine permettant d’accéder aux musées mais aussi aux trois jardins situés de l’autre côté. Le jardin « du plateau » est inauguré en 1896. Dans son sous-sol deux salles servaient de réservoir aux eaux venues de la Durance avant d’être redistribuées dans la ville. Le « jardin de l’observatoire » est quant à lui réalisé en 1863/64. L’observatoire n’est actuellement plus utilisé pour la recherche scientifique mais fait office de musée de l’astronomie avec des instruments datant du XIXème siècle, tout comme la coupole de la lunette. Une salle d’exposition en outre abrite le télescope de Foucault. Aujourd’hui, le site est exploité par une association qui organise des événements et des conférences sur ces thèmes.

    Le Palais de Longchamp à Marseille

     


    15 commentaires
  •  Avec mes enfants à Marseille en 2014 c'est mon fils aîné qui avait pris les photos 

    Le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée implanté sur l'esplanade a ouvert ses portes, le 7 juin 2013.

    Du Fort Saint-Jean rénové  , le Mucem, héritier du musée national des Arts et Traditions Populaires de Paris s'étend sur plus de 40 000m². Au cœur de cette structure multiple, le môle du J4, du nom de l'emplacement historique, imaginé par Rudy Ricciotti en partenariat avec Roland Carta attire tous les regards. Ce bloc minéral entouré d'une résille de béton dévoile de nombreuses salles d'expositions dont la Galerie de la Méditerranée, espace permanent entièrement dédié à l'Histoire de la civilisation méditerranéenne. "Cette civilisation existe depuis 10 000 ans. La galerie , véritable voyage dans le temps , donne réellement à voir la Méditerranée

    Moitié collection du Mucem, moitié prêts et dépôts d'autres musées, la galerie de  600m² s'organise autour de deux thématiques, depuis les figurines du néolithique jusqu'aux questions contemporaines de nos sociétés. L'histoire débute avec l'agriculture méditerranéenne et la naissance des dieux. Figures religieuses, œuvres d'arts et instruments agricoles côtoient installations vidéos et sonores. Le voyage se poursuit avec la nouvelle exposition semi-permanente, « Connectivités » qui raconte une histoire des grandes cités portuaires de la Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles : Istanbul, Alger, Venise, Gênes, Séville et Lisbonne sont alors les points stratégiques de pouvoir et d’échanges dans une Méditerranée qui voit naître la modernité entre grands empires et globalisation.

    Prenant pour socle de réflexion La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, l’exposition propose de suivre les pas de l’historien Fernand Braudel et d’aborder cette Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles non pas comme un objet d’étude aux bornes chronologiques strictes, mais comme un personnage dont il s’agirait de raconter l’histoire en l’inscrivant dans la longue durée, allant jusqu’à l’interroger dans la période contemporaine.

    Invitant les visiteurs à un saut dans le temps, cette histoire urbaine est également abordée aujourd’hui, à travers l’évolution de territoires portuaires contemporains : les mégapoles d’Istanbul et du Caire et les métropoles de Marseille et de Casablanca. Il s’agit en effet d’aborder la ville en développement comme le lieu où convergent et s’intensifient les flux, les connections, les échanges, et donc, le pouvoir.

    Pour terminer ce voyage, c'est une invitation à aller au-delà du Monde connu qui attend le visiteur. Globes terrestres, maquettes de Vasco de Gama ou encore Venise représentée par Ziem composent cette dernière étape qui raconte la fascination pour la Méditerranée de l'autre rive et invite à poursuivre notre réflexion sur ce bassin méditerranéen au delà de l'exposition. "Marseille est au carrefour de la Méditerranée et une ville populaire. Elle donne tout son sens à cette galerie ainsi qu'au Mucem. Il y a une véritable rencontre entre la population et le musée. Grâce à l'impressionnante collection conservée par le Mucem (environ 1 million d'œuvres), la Galerie de la Méditerranée renouvellera régulièrement les œuvres présentées avec toujours cette optique de mieux faire comprendre la civilisation méditerranéenne.

    Si le Fort Saint-Jean trouve ses origines au XIIe siècle, cet ancien fort militaire, totalement inaccessible au public, avait jusqu’ici des allures de forteresse imprenable. En 2013, son ouverture fut donc une première historique: entièrement restauré, le fort s’ouvre, depuis, gratuitement aux Marseillais, qui se sont immédiatement réapproprié le site, à la manière d’un nouvel espace public. Si certains bâtiments accueillent des expositions, le fort Saint-Jean est avant tout un nouveau lieu de vie au cœur de la cité phocéenne, offrant une large palette d’activités, entre parcours historique, promenade botanique au fil du Jardin des Migrations, et découverte de panoramas spectaculaires, invisibles jusqu’alors

    Le Mucem à Marseille


    14 commentaires
  •  

    Voila aujourd'hui j'ai envie de vous faire un peu rire ou du moins sourire !


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique