• "Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    Accorde-moi seulement quelques instants
    Accepte ce que je vis, ce que je sens,
    Sans réticence, sans jugement.

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    Ne me bombarde pas de conseils et d'idées
    Ne te crois pas obligé de régler mes difficultés
    Manquerais-tu de confiance en mes capacités?

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    N'essaie pas de me distraire ou de m'amuser
    Je croirais que tu ne comprends pas
    L'importance de ce que je vis en moi

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    Surtout, ne me juge pas, ne me blâme pas
    Voudrais-tu que ta moralité
    Me fasse crouler de culpabilité?

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    Ne te crois pas non plus obligé d'approuver
    Si j'ai besoin de me raconter
    C'est simplement pour être libéré

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    N'interprète pas et n'essaie pas d'analyser
    Je me sentirais incompris et manipulé
    Et je ne pourrais plus rien te communiquer

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    Ne m'interromps pas pour me questionner
    N'essaie pas de forcer mon domaine caché
    Je sais jusqu'où je peux et veux aller

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    Respecte les silences qui me font cheminer
    Garde-toi bien de les briser
    C'est par eux bien souvent que je suis éclairé

    Alors maintenant que tu m'as bien écouté
    Je t'en prie, tu peux parler
    Avec tendresse et disponibilité
    À mon tour, je t'écouterai "

    (Jacques Salomé)


    19 commentaires
  • Cette année la Saint Vincent tournante à lieu à "Gilly les Citeaux et Vougeôt deux villages ente Dijon et Beaune

    La Saint Vincent tournante

    Gilly les citeaux et son château

    La Saint Vincent tournante

    Le Clos Vougeôt

    ****************

    Les origines et histoire

    les origines« Par Saint-Vincent Patron des Vignerons»
    Dans l’histoire de la Chrétienté, Vincent est sinon « le » du moins « l’un des » saints patrons des vignerons. Par la symbolique du nom qui rappelle la Cène et la Communion « Vin & Sang ».

    Mais comme ils sont nombreux à avoir été sanctifiés, celui qui semble être le « vrai » est un Espagnol du nom de Vincent Palloti, né à Huesca au IVe siècle. Devenu diacre il fut chargé par Valère, l’évêque de Saragosse, d’aller prêcher dans les campagnes environnantes. A partir de là, se construisit sa légende.
    Elle raconte qu’un jour, Vincent s’étant arrêté dispenser la bonne parole à un groupe de vignerons, sont âne brouta la vigne. Le diacre fut rossé puis expédié. Mais l’année suivante, les vignerons constatèrent que le pied mangé avait produit plus que les autres. Vincent –ou plutôt son âne- venait d’inventer la taille. (Il faudra attendre 1650 ans avant que l’on n’invente l’enjambeur…). A noter qu’en Val de Loire, on attribue la même « intelligence » à l’âne de Saint-Martin…

    La fin de sa vie et son martyr sont racontés dans le Peristephanon du poète Prudence (348-env. 415). A l’heure des persécutions des chrétiens sous Dioclétien et Maximilien, Vincent, devenu archidiacre, fut arrêté. Comparaissant devant le procureur Dacien, il refusa de se soumettre au culte de l’Empereur et réitéra sa foi chrétienne. Il fut condamné à mort et affreusement torturé –dit-on- sur une claie de pressoir, la symbolique (le sang qui coule du pressoir au lieu du vin) pouvant expliquer aussi qu'il soit saint patron des vignerons. Mais il n’en mourût pas. Dacien le fit jeter à la mer, lesté d’une meule de pierre qui.. flotta. Vincent regagna le rivage et apparut en vision à une chrétienne, à qui il indiqua la position de sa dépouille.
    De manière plus terre-à-terre, voire plus « terroir-à-terroir », c’est sans doute parce que son culte universel, nommé dans le canon romain de la messe est fêté le 22 janvier que Vincent est saint patron des vignerons qui à cette date, entre l’ hibernation de la vigne et le retour des beaux jours, ont un peu plus de temps pour se retrouver.

    Pour ses restes, là encore les sources divergent. Selon les premières, ils auraient été emportés en 779 en Algarve au Portugal en un lieu dénommé depuis Cap Saint-Vincent. Et selon d’autres, ils auraient été transportés à l'abbaye Saint-Benoît de Castres en 855 puis transférés en 1173 à la cathédrale Santa Maria Maior de Lisbonne, aujourd'hui Sé Patriarcal de Lisboa.
    Le roi mérovingien Childebert 1er (fils de Clovis), qui avait ramené de Saragosse vers 543, une relique de Saint-Vincent, fit édifier une église à Paris et une abbaye « de Saint-Vincent et de la Sainte-Croix ». Elle prit ensuite le nom de son abbé, Germain pour devenir Saint-Germain-des-Prés et posséda l’autre château de… Gilly-lès-Cîteaux.

    S’il est Il toujours représenté en costume de diacre, Saint-Vincent ne porte pas les mêmes attributs, selon les pays et les régions. Parfois il porte un bateau, pour évoquer qu’il fut jeté en mer, parfois il porte un lit de fer à pointes acérées et une meule pour rappeler ses tortures.

    Ici, on le connait le plus souvent avec une serpette, une grappe ou un panier de raisins…. 

    La Saint Vincent tournante

    Procession de Saint Vincent  par la confrérie "des Chevaliers du Taste Vin"

    En avant première les préparatifs pour la décoration des villages


    15 commentaires
  • "Ma douce musicienne "

    Dans mon sommeil profond
    J'entendis quelques notes ..
    Mais qui était-ce donc ?
    Telle fût ma question...

    C'était toi  petite fée ,
    Si jolie au clair de lune
    Me jouant une douce mélodie
    Afin d'apaiser ma solitude...

    Toi  petite fée musicienne
    Avec cet amour de magicienne
    Tu remplis mon coeur de bonheur
    Avec tant de douceur...

    Toi  petite musicienne
    Qui  joue avec ton coeur
    Tu es devenue mon amie
    Et cela sans aucun soucis...

    Hélène


    17 commentaires
  • Que la pluie à déluge au long des toits ruisselle !
    Que l’orme du chemin penche, craque et chancelle
    Au gré du tourbillon dont il reçoit le choc !
    Que du haut des glaciers l’avalanche s’écroule !
    Que le torrent aboie au fond du gouffre, et roule
    Avec ses flots fangeux de lourds quartiers de roc !

    Qu’il gèle ! et qu’à grand bruit, sans relâche, la grêle
    De grains rebondissants fouette la vitre frêle !
    Que la bise d’hiver se fatigue à gémir !
    Qu’importé ? n’ai-je pas un feu clair dans mon âtre,
    Sur mes genoux un chat qui se joue et folâtre,
    Un livre pour veiller, un fauteuil pour dormir ?

    "Théophile Gauthier"


    12 commentaires
  •  

     

    Si la vie est un songe
    A quoi bon me tourmenter
    Je puis m'enivrer sans remords
    Et si j'en viens à tituber
    Je m'endormirai sous le porche de ma demeure
    A mon réveil un oiseau chante parmi les fleurs.
    Je lui demande quel jour nous sommes.
    Il me répond : au printemps,
    la saison où l'oiseau chante !
    Je me sens étrangement ému
    Et prêt à m'épancher.
    Mais je me reverse à boire
    Et je chante tout le jour
    Jusqu'à ce qu'apparaisse la lune du soir.
    Et quand mes chants se taisent
    Je n'ai plus conscience de ce qui m'entoure.

    Li-taï-po


    18 commentaires
  • A une Dame créole

    Au pays parfumé que le soleil caresse,

    J’ai connu, sous un dais d’arbres tout empourprés
    Et de palmiers d’où pleut sur les yeux la paresse,
    Une dame créole aux charmes ignorés.

    Son teint est pâle et chaud; la brune enchanteresse
    A dans le cou des airs noblement maniérés;
    Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
    Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

    Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire,
    Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
    Belle digne d’orner les antiques manoirs,

    Vous feriez, à l’abri des ombreuses retraites
    Germer mille sonnets dans le coeur des poètes,
    Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

    Charles Baudelaire

     

    6 commentaires
  • Mélancolie d'un soir

    Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
    Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
    Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir ;
    Valse mélancolique et langoureux vertige !

    Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
    Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige ;
    Valse mélancolique et langoureux vertige !
    Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

    Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
    Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
    Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
    Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

    Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
    Du passé lumineux recueille tout vestige !
    Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
    Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

    Charles BAUDELAIRE   (1821-1867)


    11 commentaires
  • "La tendresse est le premier geste d'amour."

    "La tendresse est cet élan vers l'autre,
    cette énergie d'amour qui nous fait
    tendre vers l'être aimé."

    "La tendresse est souvent plus parlante
    que tous les discours affectueux."

    "La tendresse est l'expression
    de la douceur de l'amour."

    "La tendresse est un concentré
    silencieux de mots d'amour."

    "La tendresse est l'ouverture naturelle du cœur."

    "La tendresse, ce sont ces moments silencieux
    de l'amour et le regard porté à l'être aimé."

    "La tendresse naît de la fusion de deux êtres
    qui s'accompagnent et se soutiennent
    sur un même chemin."

    "La tendresse s'entretient par l'écoute,
    le respect, la générosité et l'amour."

    "La tendresse peut être douce comme
    le bruissement du vent dans les arbres
    et belle comme un arc-en-ciel."

    (Jean Gastaldi - Le Petit Livre de la Tendresse)


    16 commentaires