• Amie, ami à jamais...

    Pourquoi ai-je pour toi une telle affection !
    C'est que mille liens, petit à petit, ont tissé notre entente.

    Sitôt qu'il m'arrive une grande joie
    c'est toi que j'appelle et à qui je me confie,
    Sitôt qu'il m'arrive une quelconque peine
    C'est vers toi que je me réfugie.

    Quand mon ciel est rose
    je le partage avec toi
    Quand mon ciel s'obscurcit
    tu es là qui m'assiste et me console.

    Entre toi et moi, pas de cachotteries, pas de secrets,
    une confiance instinctive et aveugle nous unit,
    une véritable complicité.

    L'amour, les coups de foudre peuvent nous atteindre
    mais aussi s'éteindre un jour,
    Alors que le temps, la séparation, la distance,
    ne parviendront jamais à me faire oublier.

    Quelle chance de pouvoir compter sur toi
    Quel beau cadeau que notre amitié !

    "inconnu"


    15 commentaires
  •  Les Mots.........

     Les Mots

    les mots filent aux creux des vagues

    comme les voiliers avancent au grès du vent

    Tantôt sages,tantôt écrit avec rage

     Dans ce monde de chaos

    Les mots défilent dans les nuages

    Comme les avions dessinent dans le ciel

    Tantôt romantiques, tantôt nostalgiques

    Dans ce monde devenu intolérent

    Les mots poussent au centre des phrases

    Comme les fleurs sauvages au milieu des près

    Tantôt colorés, tantôt parsemés

    Dans ce monde devenu indifférent

     Les Mots.........


    9 commentaires
  • Quand la nature se réveille, d'un sommeil profond

    Qu'elle décide de déchirer des vies

    Elle n'y va pas par quatre chemins........

    En cette soirée d'octobre qui s'annonçait portant belle...

    Tout a été ravagé

    Brisant des vies, détruisant des espoirs.

    Comment imaginer que cette catastrophe prendrait une telle ampleur

    Hommes, femmes, enfants ont perdu un coin de maison, du tiroir aux photos

    La vie s'est arrêté là ! pour certain

    Pour d'autres tout est à reconstruire!

    Ils n'ont plus qu'à se battre avec courage

    Retrouver leurs rêves

    Retrouver une vie normale : avoir un toit!

    Les hommes oublient trop souvent que la nature était la avant eux

    Qu'on ne peut maitriser la mer, la terre, le vent et la pluie

    Ne dit-on pas que la "terre est mère"?

    Nous ne sommes rien à coté de cette immensité

    Seulement des êtres se croyant au dessus de tout !

    Amis courage , relevez la tête chacun de nous à une pensée pour vous !

    Sachant que demain cela peut-être notre tour

    Hélène

    Pour nos amis du sud qui ont tout perdus !


    16 commentaires
  • Tristesses de la lune

    Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; 

    Ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, 

    Qui d'une main distraite et légère caresse 

    Avant de s'endormir le contour de ses seins, 

    Sur le dos satiné des molles avalanches, 

    Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons, 

    Et promène ses yeux sur les visions blanches 

    Qui montent dans l'azur comme des floraisons.

    Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive, 

    Elle laisse filer une larme furtive,

    Un poète pieux, ennemi du sommeil

     Dans le creux de sa main prend cette larme pâle, 

    Aux reflets irisés comme un fragment d'opale, 

    Et la met dans son cœur loin des yeux du soleil.

    Charles Baudelaire

    Songe sous la lune

     


    3 commentaires
  • Matin d’octobre

    C’est l’heure exquise et matinale
    Que rougit un soleil soudain.
    A travers la brume automnale
    Tombent les feuilles du jardin.

     Leur chute est lente. On peut les suivre
    Du regard en reconnaissant
    Le chêne à sa feuille de cuivre,
    L’érable à sa feuille de sang.

     Les dernières, les plus rouillées,
    Tombent des branches dépouillées ;
    Mais ce n’est pas l’hiver encore.

     Une blonde lumière arrose
    La nature, et, dans l’air tout rose,
    On croirait qu’il neige de l’or.

    François COPPÉE (1842-1908)

    Couleur d'automne


    6 commentaires
  • A Juana

    O ciel ! je vous revois, madame,
    De tous les amours de mon âme
    Vous le plus tendre et le premier.
    Vous souvient-il de notre histoire ?
    Moi, j’en ai gardé la mémoire :
    C’était, je crois, l’été dernier.

     Ah ! marquise, quand on y pense,
    Ce temps qu’en folie on dépense,
    Comme il nous échappe et nous fuit !
    Sais-tu bien, ma vieille maîtresse,
    Qu’à l’hiver, sans qu’il y paraisse,
    J’aurai vingt ans, et toi dix-huit ?

     Eh bien ! m’amour, sans flatterie,
    Si ma rose est un peu pâlie,
    Elle a conservé sa beauté.
    Enfant ! jamais tête espagnole
    Ne fut si belle, ni si folle.
    Te souviens-tu de cet été ?

     De nos soirs, de notre querelle ?
    Tu me donnas, je me rappelle,
    Ton collier d’or pour m’apaiser,
    Et pendant trois nuits, que je meure,
    Je m’éveillai tous les quarts d’heure,
    Pour le voir et pour le baiser.

    Et ta duègne, ô duègne damnée !
    Et la diabolique journée
    Où tu pensas faire mourir,
    O ma perle d’Andalousie,
    Ton vieux mari de jalousie,
    Et ton jeune amant de plaisir !

     Ah ! prenez-y garde, marquise,
    Cet amour-là, quoi qu’on en dise,
    Se retrouvera quelque jour.
    Quand un coeur vous a contenue,
    Juana, la place est devenue
    Trop vaste pour un autre amour.

    Mais que dis-je ? ainsi va le monde.
    Comment lutterais-je avec l’onde
    Dont les flots ne reculent pas ?
    Ferme tes yeux, tes bras, ton âme ;
    Adieu, ma vie, adieu, madame,
    Ainsi va le monde ici-bas.

     Le temps emporte sur son aile
    Et le printemps et l’hirondelle,
    Et la vie et les jours perdus ;
    Tout s’en va comme la fumée,
    L’espérance et la renommée,
    Et moi qui vous ai tant aimée,
    Et toi qui ne t’en souviens plus !

    "Alfred de Musset"

    Poème d'autrefois........


    11 commentaires
  •  Il est je ne sais où,
    Un beau Prince charmant que j'ignore.
    Je crois l'entendre sur un ton très doux
    Me dire: "Je vous adore! "

    1. Un jour mon prince viendra,
    Un jour il me dira
    Ces mots d'amour, si troublants et tendres
    Que j'aurais tant plaisir à entendre!
    Qu'il vienne, je l'attends,
    Craintive et coeœur battant,
    Dans ses bras, alors,
    Mon beau rêve enchanté
    Deviendra réalité!

      Je sais qu'un beau matin
    Dans l'éclat d'un splendide cortège
    Mon joli prince unira son destin au mien

      Un jour mon prince viendra,
    Un jour il me dira
    Ces mots d'amour, si troublants et tendres
    Que j'aurais tant plaisir à entendre!
    Qu'il vienne, je l'attends,
    Craintive et cœur battant,
    Dans ses bras, alors,
    Mon beau rêve enchanté
    Deviendra réalité!

    "Elyane Célis"

    Un Jour Mon Prince Viendra ........


    10 commentaires
src="http://ekladata.com/bleulezard.eklablog.com/perso/flocons.js" type="text/javascript">