•  

    Appoline se lève de la sieste chez Papy et Mamy 

    Alors Papy je ne suis pas un sac de patates !!!

    Ancien lavoir de Bretigny  sur la rivière la Norges

    Pause goûter pour Appoline

    Tout le long se sont construit des lotissements , autrefois c'était des champs cultivés !

    ***************************

    La Norges, quelquefois orthographiée Norge, est une rivière de la Côte-d'Or, est un affluent de la Tille en rive droite,à 195 m d'altitude en aval de Genlis  sur le territoire de Pluvault après avoir parcouru 33,6 km  et prend sa source au centre de Norges la ville à 265 m d'altitude 

    Elle traverse les communes de (d'amont en aval)Norges le ville, Bretigny, Clénay, St Julien, Arceau, Orgeux, Varois et chaignot, Couternon, Quetigny, Chevigny St Sauveur, Magny sur Tille , Izier   Genlis, Pluvault.

     

    ¨Promenade dimanche passé le long de la Norges

     


    16 commentaires
  • Soleil couchant

     

    Je regarde par le fenêtre

    Je découvre un ciel aux mille reflets 

    Le soleil s’étire

    Se traîne en longs fils carminés

     

    Que l’heure est douce 

    les clochers raisonnant 

    Les lueurs rousses

    Enveloppent le temps 

     

    Inondé de lumière 

    Le ciel en  est paré 

    Il s’est revêtu de dentelles légères 

    Dans ces moments apaisés 

     

    Je goûte cet instant magique

    Au tableau étonnant

    De ce ciel magnifique

    Du soleil couchant 

    H.G

    Samedi soir devant chez moi "qui m'a inspiré ce poème "

     

     

     


    17 commentaires
  • dans le massif de la Vanoise (Savoie)

    Quelques tableaux fait il y a quelques années........

    En dessous de l'Alpes d'Huez

    Quelques tableaux fait il y a quelques années........

    Quelques tableaux fait il y a quelques années........

    De la montagne à la mer !!!!

    *******************************

    Quelques tableaux fait au début que j'étais à la retraite  entre les années 97 et 2000

    Quelques tableaux fait il y a quelques années........

     

     


    14 commentaires
  • Tu es très Jolie

    Comme la rose d’un spécial printemps,
    Je te trouve très fascinante et exceptionnelle.
    Tu es très jolie, charmante et belle.

    Quand tu souris, c’est mon soleil qui brille.
    Dans l’éclat de tes belles dents,
    Je vois mille reflets de mon cœur qui scintille.

    Tu es très jolie comme le bébé souriant.
    Prés de toi, c’est un éternel printemps,
    C’est mener une vie de Bohème.

    Tu es très jolie ; je t’aime.
    La nuit quand je ferme les yeux,
    C’est toi qui brilles dans mes cieux.

    Laisse-moi admirer les couleurs de ton visage.
    Laisse-moi décorer ton image.
    Tu es très jolie ; je t’aime.

    Laisse-moi inhaler ton parfum,
    Laisse-moi mourir comme un défunt,
    A côté de toi, prés du vent qui sème
    L’amour et des baisers de carême. 

    "Hebert Logerie"

    Tu es très Jolie

     


    15 commentaires
  • L’ARTISTE

    Il voulut peindre une rivière ;
    Elle coula hors du tableau.

    Il peignit une pie grièche ;
    Elle s’envola aussitôt.  

    Il dessina une dorade ;
    D’un bond, elle brisa le cadre.  

    Il peignit ensuite une étoile ;
    Elle mit le feu à la toile.  

    Alors, il peignit une porte
    Au milieu même du tableau.  

    Elle s’ouvrit sur d’autres portes,
    Et il entra dans le château.  

    "ENTRE DEUX MONDES"

    L'artiste

     


    16 commentaires
  •  A mes yeux, la danse c’est la vie parce que la vie est rythme- celui du battement du coeur- la danse est inséparable du rythme. Elle sert d’interprète à tout ce qui fait notre vie puisqu’elle peut exprimer tous les rythmes, toutes les pulsions humaines.

    (Maurice Béjart)

    La danse est un acte de foi et un acte d’amour. Elle est une prière individuelle ou collective, profane ou sacrée.
    (Serge Lifar) 

    Je croyais que les pieds de la danseuse savaient seulement dessiner, je vois aussi qu’ils savent penser et même écrire.
    (Paul Valéry) 

     


    15 commentaires
  •  

    Colombine

        Léandre le sot,
        Pierrot qui d'un saut
        De puce
        Franchit le buisson,
        Cassandre sous son
        Capuce,

        Arlequin aussi,
        Cet aigrefin si
        Fantasque
        Aux costumes fous,
        Ses yeux luisant sous
        Son masque,

        - Do, mi, sol, mi, fa, -
        Tout ce monde va,
        Rit, chante
        Et danse devant
        Une belle enfant
        Méchante

        Dont les yeux pervers
        Comme les yeux verts
        Des chattes
        Gardent ses appas
        Et disent : " À bas
        Les pattes ! "

        - Eux ils vont toujours ! -
        Fatidique cours
        Des astres,
        Oh ! dis-moi vers quels
        Mornes ou cruels
        Désastres

        L'implacable enfant,
        Preste et relevant
        Ses jupes,
        La rose au chapeau,
        Conduit son troupeau
        De dupes ?

    Paul Verlaine

     


    15 commentaires
  • Carnaval de Venise

    Le tableau c'est moi qui l'ai fait il y a une dizaine d'année , pour faire ma création j'ai rajouté des personnages

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    Carnaval

    Venise pour le bal s'habille.
    De paillettes tout étoilé,
    Scintille, fourmille et babille
    Le carnaval bariolé.

    Arlequin, nègre par son masque,
    Serpent par ses mille couleurs,
    Rosse d'une note fantasque
    Cassandre son souffre-douleurs.

    Battant de l'aile avec sa manche
    Comme un pingouin sur un écueil,
    Le blanc Pierrot, par une blanche,
    Passe la tête et cligne l'oeil.

    Le Docteur bolonais rabâche
    Avec la basse aux sons traînés;
    Polichinelle, qui se fâche,
    Se trouve une croche pour nez.

    Heurtant Trivelin qui se mouche
    Avec un trille extravagant,
    À Colombine Scaramouche
    Rend son éventail ou son gant.

    Sur une cadence se glisse
    Un domino ne laissant voir
    Qu'un malin regard en coulisse
    Aux paupières de satin noir.

    Ah ! fine barbe de dentelle,
    Que fait voler un souffle pur,
    Cet arpège m'a dit : C'est elle !
    Malgré tes réseaux, j'en suis sûr,

    Et j'ai reconnu, rose et fraîche,
    Sous l'affreux profil de carton,
    Sa lèvre au fin duvet de pêche,
    Et la mouche de son menton.

     

    Théophile GAUTIER 

    Carnaval de Venise

     

     


    18 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires