•  Tu es très belle

    Comme la rose d’un spécial printemps,
    Je te trouve très fascinante et exceptionnelle.
    Tu es très jolie, charmante et belle.

    Quand tu souris, c’est mon soleil qui brille.
    Dans l’éclat de tes belles dents,
    Je vois mille reflets de mon cœur qui scintille.

    Tu es très jolie comme le bébé souriant.
    Prés de toi, c’est un éternel printemps,
    C’est mener une vie de Bohème.

    Tu es très jolie ; je t’aime.
    La nuit quand je ferme les yeux,
    C’est toi qui brilles dans mes cieux.

    Laisse-moi admirer les couleurs de ton visage.
    Laisse-moi décorer ton image.
    Tu es très jolie ; je t’aime.

    Laisse-moi inhaler ton parfum,
    Laisse-moi mourir comme un défunt,
    A côté de toi, prés du vent qui sème
    L’amour et des baisers de carême.

    "Herbert Logerie"

    Tu es très belle


    10 commentaires
  •  Escaliers principaux

     

    cimetiere et le clocher de St jean de Notre dame

     

    entrée église st jean de notre dame

    Une partie des jardins

    ***********************

    Surplombant le Lac de Sainte Croix, le Château d’Aiguines jouit d’un panorama privilégié. Héritage du règne d’Henri IV, il représente aujourd’hui un fond patrimonial exceptionnel d’où l’inscription au titre de Monuments Historiques des façades, toitures et des communs, ainsi que l’ensemble du jardin autant qu’à l’intérieur la rampe en fer forgé et la salle à manger ornée de gypseries.

    Le château quadrangulaire avec douves sèches et remparts, ses hauts murs sans fenêtre marquent son existence depuis le Moyen Age.

    Balthazar de Gautier, seigneur des lieux à partir de 1596 décide de restaurer, en 1606, sur un mamelon, près de l’église du village, le château flanqué de quatre tours coiffées de tuiles polychromes vernissées formant mosaïque porte sans conteste l’empreinte élégante de l’époque de Louis XIII. Les nouveaux bâtiments sont érigés sous les vestiges d’un édifice plus ancien ayant appartenu aux Sabran. Balthazar de Gautier, baron de Senez, seigneur d’Aiguines, de Vacheresse, de Canjuers, de Clumans fut chevalier du Roi et rendit hommage à Henri IV pour la terre d’Aiguines en 1596. La famille Gautier est l’une des familles les plus anciennes de ce nom en Provence. Durant cette période, furent construites des fenêtres, les tuiles et toitures rajeunies. A la fin du XVII ème siècle, période de paix et prospérité, les Gauthier firent combler les douves et pratiquèrent des ouvertures dans les grands murs.

    En 1720, d’importantes modifications sont entreprises : le château fut agrandi par l’adjonction de communs et les abords furent remaniés pour former une vaste esplanade d’1 hectare 5 en équerre traversée par une allée menant à la grille d’entrée ouest à celle du Nord.

    A cette époque sont également crées les jardins en terrasse au style italien qui auraient été achevés en 1743 si l’on en juge l’inscription de la date gravée sur une pierre.

    Quant à la fontaine ; Une inscription latine sur cette dernière marque l’achèvement en 1770 :

     « Aqua ista saluberrima inuenta et ducta : hic fons immissarium in hort construct anno 1770 ».

    C’est l’eau la plus saine trouvée découverte et établie: c’est la source RÉSERVOIR D’EAU dans le jardin construit en 1770.

    Potable, l’eau fut captée et amenée au château par le seigneur d’alors, parallèlement, il fit capter une source importante qui conduisit à la fontaine sur la Place de l’Horloge et fit don des deux tiers de son débit à la population du village. La mesure existe encore aujourd’hui.

    Le jardin fut aménagé par un arrière petit fils, Joseph de Gautier. Formé de trois terrages, de 4 fontaines, le jardin est unique en son genre. Imaginez-le comme à l’époque de son aménagement avec un parterre de buis, un fruitier fait de variétés anciennes, l’orangerie renfermant des agrumes dans des vases d’Anduze …Deux pavillons en poivrière ornent la dernière terrasse.

    Le monumental portail en plein cintre surmonté d’un fronton frisé est décoré de feuillages stylisés et de chutes de fruits date de la fin XVIème siècle.

    Quant aux toits en poivrière, leur origine reviendrait à des Compagnons du Tour de France arrivant de Bourgogne. Pour mener à bien cette construction, il a fallut plus de 18000 tuiles en argile cuite de Salernes, fabriquées à la main et ornées de motifs polychrome. Les couleurs renvoient aux quatre saisons. Les constructions des tours datent déjà de l’époque du Moyen Age.

    Le bâtiment depuis cette date n’a plus subi de transformations marquantes, dans l’aile ouest les embrasures et échauguettes témoignent de la présence d’un corps de garde antérieur réaménagé au XVIIIème siècle. En 1989, le château fut racheté aux héritiers de la Marquise de Foresta, très abîmé par le temps et les intempéries, il fit l’objet d’un rafraichissement important qui dura trois ans : peinture des façades à la chaux, toitures refaites entièrement et des meurtrières et fenêtres furent ouvertes et restaurées.

    On ne peut malheureusement pas visiter ce château !!!

     le Château d’Aiguines

     


    12 commentaires
  • Le château d'Astro à Vidauban dans le Var

     

    Photos suivantes  intérieurs prisent sur le web

    Une histoire familiale 


    Commencée au XIIe siècle, l'histoire du Domaine d'Astros a vu se succéder chevaliers du Temple et de Malte puis une famille marseillaise prospère.

    « Il y a toujours eu de la vigne et des caves à Astros... »

    Dès le XIIe siècle, les Templiers s'installent dans la plaine fertile de l'Argens, sur une terre qu'ils tiennent des vicomtes de Marseille. Les Chevaliers de Malte leur succèdent en 1314 sous, Philippe le Bel et y élèvent, en 1637, une commanderie dans les collines. A la révolution, la rude bâtisse est vendue, ainsi que le domaine, comme bien national.

    En 1802, Napoléon Bonaparte, premier consul à vie, a besoin d’ordre et d’argent ; il fait vendre aux enchères tous les biens nationaux mal payés par leurs acquéreurs sous la révolution. Ainsi Maximin Martin, membre d'une famille d'industriels marseillais protestants, propriétaires de savonneries, se porte acquéreur de la terre d'Astros. Marc-Maximin Martin, son petit-fils, fait édifier en 1860 une construction inspirée des villas italiennes. Sans descendance, il lèguera ses biens au petit-fils de son cousin germain Joseph Maurel, grand-père de l'actuel propriétaire.

     Le domaine possède des vignobles mais Astros est aussi connu pour sa cueillette de pommes. Ils ont  planté sur huit hectares 10 000 pommiers de douze variétés différentes. 20 000 personnes viennent ainsi chaque année cueillir leurs pommes et goûter les vins du domaine.

    Lorsqu'on la découvre au loin, perchée sur une colline que gravit doucement une longue allée de platanes vénérables, cette villa palladienne gardée par des lions de pierre éveille aussitôt des souvenirs diffus, comme une vision à peine entrevue et pourtant bien présente dans la mémoire. Et puis le voile se déchire tout à coup : c'est bien Le Château de ma mère. Ou du moins celui qu'Yves Robert avait engagé pour en tenir le rôle lorsqu'il adapta au cinéma les souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol en 1990 

    Le château d'Astro à Vidauban dans le Var

     


    15 commentaires
  •  

    Le Château d'Entrecasteaux  domine le village

    Château d'Entrecasteaux vu de profil

     

    jardin à la française , avec escalier qui vient de la rue du village

    Vue sur le château (partie_arrière)

    Les photos qui suivent de l'intérieur du Château viennent du web

     

    Le château d’Entrecasteaux est situé sur la commune d’Entrecasteaux dans le département du Var. 

    Le château d’Entrecasteaux est une ancienne forteresse du XVe siècle, remaniée au cours des XVe, XVIe et XVIIIe siècles. Les grands personnages qui vécurent au château d'Entrecasteaux sont :

    • François de Grignan, gendre de Madame de Sévigné,
    • L'amiral Bruny d'Entrecasteau, né au château d'Entrecasteaux en 1737, envoyé par Louis XVI à la recherche de la Pérouse dans le Pacifique sud, qui partit en 1791 et y mourut du scorbut et de dysenterie le 20 juillet 1793,
    • Jean Baptiste, marquis d'Entrecasteaux, né en 1761, qui assassina sa femme en 1784.

    En 1974, après plusieurs décennies d'abandon, le château fut restauré par le peintre britannique Hugh Ian Macgarvie-Munn qui, jusqu'à son décès en 1981, le transforma en partie en musée. C'est grâce à ses efforts, ainsi qu'à ceux de son fils et son épouse, qu'en 1988 le château fut classé monument historique et qu'il est devenu une attraction touristique.

    Son propriétaire actuel, Alain Gayra, a amélioré les collections du château tout en effectuant des restaurations minutieuses


    18 commentaires
  • Le village de Lourmarin

    Le château renaissance à Lourmarin.

    escalier renaissance

    Loggias à l’italienne

     

    Vitrail au château

    Cour renaissance du château de Lourmarin

    Le château de Lourmarin est un château renaissance dominant le village de Lourmarin. Restauré entre 1921 et 1923 par Robert Laurent-Vibert, il abrite actuellement une Fondation culturelle. De nombreuses manifestations ont lieu toute l'année. Le château, entièrement meublé, est ouvert toute l'année aux visiteurs.

    Entre juillet 2006 et 2008, le château de Lourmarin est le site pilote de l'expérimentation d'un audio guide révolutionnaire basé sur la géolocalisation vectorielle, Percipio.

    Histoire :

    Au XVe siècle, Foulques d'Agoult fait reconstruire le château, sur les restes d'une ancienne forteresse du XVe siècle. Il fut transformé et agrandi à plusieurs reprises. Notamment, à partir de 1526, Louis d'Agoult-Montauban, et son épouse Blanche de Lévis-Ventadour, font ajouter l'aile Renaissance.

    Fin du XVIe siècle, l'édifice change de propriétaires. Il devient le domaine de la famille Créqui-Lesdiguières, également détenteur du château de La Tour d'Aigues jusqu'en 1789. Seuls les intendants qui gèrent les terres occupent le château.

    A partir de la Révolution française, le château passe entre les mains de plusieurs propriétaires aux fortunes diverses et finit par tomber en ruines. En 1920, alors qu'il allait être vendu aux enchères, pour la récupérations des pierres,Robert Laurent-Vibert le rachète. De cette date, et jusqu'à sa mort en 1925, il le fait restaurer par Henri Pacon. Il le lègue à l'Académie des sciences. agriculture, artset belles-lettres d'Aix qui crée la Fondation Robert Laurent-Vibert.

    Le château de Lourmarin fait l'objet de plusieurs protections, au titre des monuments historiques : inscrit le 3 octobre 1946, puis le 13 avrile 1948, pour d'autres parties du bâtiment, suivi d'un classement le 5 mai 1979

    Le château de Lourmarin

     


    19 commentaires
  •  

    Champs de Colza au alentours de Dijon

     Commune de Ruffey-lès-Echirey est située à six kilomètres au nord-est de Dijon 

    Vieille ferme avec son pigeonnier 

    Eglise de Ruffey

    Au loin le Zénith

    Revenu par Bellefond pour rattraper la route de Langres vu sur le Mont Afrique 

    je l'ai zoomé mais il est plus flou !!

    De l'autre coté en direction de Dijon des céréales 

    Pèle mèle de photos prisent hier dimanche

     

     


    16 commentaires
  •  

    Savoir se reposer, c'est une augmentation précieuse de la vie

    "Henri-Frédérick Amiel"

    Bon week-end

     


    6 commentaires
  • Les pins.

    Une forêt de pins s'étend dans la colline ; 

    Verticaux et serrés sur ce plan qui s'incline 
    Ils semblent une armée innombrable à l'assaut ; 
    Le regard qui les suit doit s'arrêter bientôt 
    Car des milliers de troncs lui font une barrière. 
    L'ombre grise a partout des lueurs de clairière, 
    Et la nuit des forêts n'existe pas ici : 
    C'est seulement l'éclat du jour très adouci. 
    Ne cherchez pas non plus la mousse souple et fraîche ; 
    Rien que des lichens gris que la chaleur dessèche, 
    Et qui craquent pilés en miettes sous vos pas. 
    Sous ce couvert, les fleurs ne se hasardent pas ; 
    Mais du tronc des pins coule en perles la résine 
    Qui d'un parfum ardent embaume la colline.

    Or, ce qui fait surtout le charme de ces bois 
    C'est leur bruissement doux et long, c'est leur voix 
    Quand un souffle léger passe dans les ramures ; 
    Oh ! les grandes rumeurs ! oh ! les tendres murmures ! 
    Non, nul arbre ne fait entendre un chant pareil ; 
    Oh ! luths éoliens pleins d'âme et de soleil, 
    Mes pins harmonieux, qu'il est doux à l'aurore 
    De marcher à pas lents sous votre ombre sonore !

    Jean Aicard (1848-1921)

    Sous les pins



     


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires