•  

    La passante

    Quand la brise gonfle tes deux robes de soie,
    Tu ressembles à une déesse vêtue de nuages.
    Quand tu passes, les fleurs des mûriers te respirent.
    Quand tu emportes des lilas que tu as cueillis, ils tremblent de joie.

    Des cercles d'or étreignent tes chevilles.
    Des pierres bleues luisent à ta ceinture.
    Un oiseau de jade a fait son nid dans ta chevelure.
    Les roses de tes joues se mirent dans les perles immenses de ton collier.

    Quand tu me regardes, je vois couler le fleuve Yuen.
    Quant tu me parles, j'entends la musique du vent de mon pays.
    Quand un cavalier te rencontre, au crépuscule,
    Il croit que c'est déjà l'aurore et immobilise son cheval.

    Quand un mendiant t'aperçoit, il en oublie sa faim.

    "Tchang Won Kien"

    Au pays du sourire


    14 commentaires
  •  

    La véritable paix intérieure et la réussite de ses relations avec autrui se trouvent dans la capacité à se reposer afin de se ressourcer pour offrir le meilleur de soi-même, être au meilleur de soi!

    "Sagesse Chinoise" 

    Les jours d’accalmie et de repos sont comme des graines semées dans le jardin de la réussite et de l’apaisement de l’âme. »

    "Proverbe Chinois "

    Je vous souhaite un agréable week-end

     


    7 commentaires
  • La La mer pesante, ardente et libre qui tient la terre en équilibre

    "Emile Verhaeren"

    La mer porte le regard, la terre à nos pieds

    "Marc Levy"

    L'amour est une mer dont la femme est la rive 

    "Victor Hugo"

     


    14 commentaires
  •  

    vestiges du petit château

    déversoire de l'étang du château

     Pont Vert

    Allée principale

    Le château dans les années 1910, alors longé par la ligne de chemin de fer à voie secondaire à voie métrique des chemins de fer départementaux de la Côte d'Or (CDCO) qui reliait Dijon à Champlitte

    ************

    Le château de Fontaine-Française est un château situé au centre de Fontaines Française, en Bourgogne Franche Comté

    Le château avec ses jardins composés de 372  tilleuls taillés en portique et de topiaires d'if et de buis fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 12 novembre 1945 et inscrit le 6 octobre 1993 pour le jardin et l'orangerie

    Histoire:

    Au milieu du XVIII e siècle, le château de Fontaine Française est un château fort en mauvais état. Sa propriétaire, Anne Madeleine de La Tour du Pin va épouser François Bollioud de Saint-Jullien, receveur général du clergé. Grâce à son immense fortune, celui-ci fait démolir l'ancienne forteresse et confie à Souhard, un architecte parisien, la construction d'un nouveau château. Les travaux durent quatre ans, de 1754 à 1758. De 1760 à 1767, l'architecte bisontin Nicolas Nicole construit les communs.

    À la fin du XVIII e siècle , Madame de Saint-Jullien tient au château un salon littéraire brillant fréquenté par Voltaire et Madame de Staël.

    Monsieur et Madame de Saint-Jullien, morts sans descendance, léguèrent le château de Fontaine-Française à leur petit-neveu, René III de la Tour du Pin  qui épousa en 1803 la princesse Honorine de Monaco (1784-1879). Leur fille, Charlotte (1805-1865), hérita à son tour du domaine et épousa en 1826 Charles de Moreton, comte de Chabrillan (1796-1863). Depuis, le château est demeuré entre les mains de ses descendants (maison de Caumont La Force).

    D'architecture classique, le château de Fontaine-Française, qui a conservé quelques murs de l'ancienne forteresse, présente des formes nettes et symétriques. Il est composé d'un corps de logis central flanqué de deux ailes en retour sur la cour. Les fenêtres, hautes de 4,50 mètres, sont ornées côté cour de mascarons représentant des figures allégoriques. Il comprend un étage de soubassement, un étage sur le rez-de-chaussée, et un étage de comble.

    Un dôme surmonte la partie centrale, délimitée par deux avant-corps. Il est terminé par une terrasse faîtière, et renferme deux horloges. Le fronton côté cour était autrefois orné des armoiries de la famille Saint-Jullien. Martelées à la Révolution, elles ont été remplacées à la fin du XIXe siècle par celles de la famille Chabrillan, propriétaires d'alors. Il s'agit d'une tour gardée par une patte d'ours, le tout encadré par deux lions couronnés.

    Le château et les communs dits Petit-Château ainsi que le parc ont été classés monuments historiques 12 novembre 1945. Puis le 6 octobre 1993 le jardin et son bassin central, son mur de clôture et ses grilles d'entrée, l'orangerie et la glacière couverte en laves ont été inscrits monuments historiques.

    La protection comprend le château lui-même, les communs dits "Petit-Château", l'orangerie, le parc et le jardin, y compris les grilles d'entrée, le mur de clôture et la glacière couverte en laves, ainsi que le bassin central (références cadastrales : section AA nos 38 à 40, 94).

    Le château de Fontaine-Française

     

     


    18 commentaires
  • La La nature n'est pas un simple décors joli au regard

    si tu fermes les yeux tu ressens mille présences

    on ne vient pas écouter le silence dans la nature

    on écoute le vent,la terre, la vie qui résonne et fourmille à nos oreilles

    ***********

    Su un jour tu as perdu ton équilibre, que tu es dans le doute,

    trouve une forêt, cherche un tapis d'herbe ou de mousse,

    allonge toi dessus, ferme les yeux, guide tes pensées,

    respire l'odeur de la terre !

    écoute la vie !!

    "Hélène"

    L'éveil (j'ai écris ce petit texte en 2010, je viens de le retrouver !)

     

     


    14 commentaires
  • L'amitié virtuelle n'a pas de distance ni de frontière

        Visage inconnu et imaginaire
    avec grand coeur et qui tous
    les jours se souci de toi
    se confie a toi partage ses découvertes
    te souhaite le meilleur pour toi
    le soir venu vient te souhaiter
    une bonne nuit et te dire à demain
    Elle est la première à te souhaiter une bonne journée
    C'est elle que tu ressens aussi réelle que virtuelle
    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥
    "trouvé sur le net "
    L'amitié virtuelle
     

     


    12 commentaires
  • Vue Vue aérienne du château d'Arcelot prise sur le net 

    Pavillon Chinois

    Le château d'Arcelot se situe sur la commune d'Arceau, dans le département français de la Côte d'Or, canton de Mirebeau sur Bèze.

    Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 22 septembre 1948. et le 30 avril 1999 pour les jardins. 

    Histoire

    Les premières constructions sont l'œuvre de Philibert Ier Verchère, entre 1711 et 1720 : il s'agit d'une maison constituée de deux pavillons. L'actuel château est conçu à la demande de Philibert II, conseiller au Parlement de Bourgogne et petit-fils du 1er. Réalisé par l'architecte Thomas Dumorey entre 1761 et 1764, il s'agit du premier château de style néoclassique  construit en Bourgogne. Le château est resté dans la lignée directe du bâtisseur jusqu'en 1870, année où Guillaume Verchère, dernier de la lignée, meurt sans enfant. Il légua le château à son neveu, Ernest de Carrelet de Loisy. Au XXI siècle, le château est toujours la propriété de la famille de Carrelet de Loisy d'Arcelot.Architecture 

    Le nouveau bâtiment est enclavé entre les deux pavillons (ancien logis de chasse et chapelle) de 1711 ; à l'origine, ceux-ci devaient être détruits, mais ils ont finalement été conservés.

    Le château est remarquable par son style précurseur, les stucs colorés de son Grand Salon réalisés en 1765 et son parc.

    Parc et Jardins

    Derrière le château se dissimule un parc paysager de 45 ha, variante du parc à l'anglaise (avec étang de 7 ha), réalisé par l'architecte paysagiste Jean-Marie Morel , à la fin du XVIIIe siècle (avec une fabrique  : un pavillon chinois). C'est l'un des seuls parcs qui lui subsiste.

    Le château d'Arcelot


    10 commentaires
  •   J’écoute vivre les fleurs,

     Celles d’ici où bien d’ailleurs,
     Chacune berce mon cœur,
     D’un enivrant bonheur.
     Tous les parfums inondent le ciel,
     d’une chaste odeur de miel.
     Dans l’azur elles éclosent,
     Toutes en chœur avec les roses.
     Toutes sont filles de lumière,
     Dans le ciel où sur la terre.
     Sous le soleil les voilà frivoles,
     Ici et là un pétale vole.
     C’est des flèches d’or et de flammes,
     Charmeuses au cœur de l’âme.
     Oh ! Fleur de votre beauté que j’aime,
     Mes yeux émerveillés de vous : des diadèmes,
     Sans repos, sans sommeil, de jour comme de nuit,
     Rêvent, de vos jardins merveilleux : le paradis

    "inconnu"

    Vivre avec les fleurs

     

     


    10 commentaires