• J'ai concocté un petit dessin animé accompagne de citation de nos hommes célèbres 

    Ne démarre pas tout seul ???

    En attendant de repasser aux choses sérieuse !


    16 commentaires
  • Je n'ai pas visité encore ce château ce qui va suivre vient de mon livre et du net 

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    Le Marquis de Vauban né : Sébastien Le Prestre, dans l'Yonne le 15 mai 1633, homme de guerre , il fut surtout connu pour être le génial inventeur du fameux "pré carré" et pour ses nombreuses fortifications, il incarne l'idéal classique de "l'honnête homme" qui consacre sa vie et son talent au bien commun de ses contemporains 

    ****************

    Le château de Bazoches

    Le Château de Bazoches fut la demeure familiale du Maréchal de Vauban, maitre incontesté de la stratégie des sièges et de l’architecture militaire. 

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    Cour interieur

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    Pediluve

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

     parterre évoquant les fortifications de Vauban

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    armure du siège de vauban

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    Chapelle du château

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    Grande galerie 

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    Chambre de Vauban

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

     bibliothèque

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

    Caveau de Vauban

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )

     salon rose

    ****************

    Non loin de la colline de Vézelay, aux portes du Parc Naturel Régional du Morvan, le château féodal de Bazoches, construit au douzième siècle, a été successivement propriété des seigneurs de Bazoches, Chastellux, Montmorillon et la Perrière.

    En février 1675, Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban, achète Bazoches qui avait appartenu à ses aïeux maternels et qui devient la demeure familiale de sa femme et de ses enfants. Si Vauban ne fait que de brefs séjours entre les campagnes militaires et le service du roi, il tenait particulièrement à ces escales dans ses terres morvandelles.

    C’est à Bazoches qu’il rédigera certains de ses ouvrages touchant non seulement la vie militaire, les armes et les fortifications, mais encore une multitude de sujets tels que l’agriculture, les forêts, les monnaies, les sciences… Ses Oisivetés et la fameuse Dîme royale (1707) dont la diffusion fut aussitôt interdite. Vauban proposait en effet un audacieux programme de réforme fiscale pour tenter de résoudre les injustices sociales et les difficultés économiques des « années de misère » de la fin du règne du Roi Soleil, de remplacer les impôts existants par un impôt unique de dix pour cent sur tous les revenus, sans exemption pour les ordres privilégiés (le roi inclus)…

    Dès son installation, Vauban transforma le château de Bazoches en garnison militaire. Il fit effectuer de nombreux aménagements, dont une grande galerie afin d’y installer ses ingénieurs militaires. C’est là que seront réalisés les études et les plans de plus de trois cents ouvrages militaires, places fortes et fortifications, disséminés dans toute la France. C’est de là également que partaient les instructions de Vauban. Des estafettes à cheval étaient constamment prêtes à gagner les quatre coins du pays emportant dans des fourreaux cylindriques en métal, les plans et les ordres de Vauban.

     Le château présente une architecture trapézoïdale constituée de quatre tours et d’un donjon entourant une cour intérieure. Les communs abritent les écuries. Les actuels propriétaires, descendants de la fille ainée de Vauban, Charlotte de Vauban mariée au comte de Mesgrigny d’Aulnay, gardent de nombreux souvenirs de leur célèbre ancêtre. Belle vue sur la calme campagne environnante, sur le village de Bazoches-du-Morvan et son église Saint Hilaire. Le cadran solaire est aux armes de Vauban avec sa devise « Bellicae virtutis praemium » – Le fruit de la vertu guerrière.

    Jardin à la Française, portail pour les carrosses, escalier d’honneur, riche mobilier, chambre à coucher, bibliothèque et bureau d’étude, portraits de personnages illustres, arbre généalogique immense, buste sculpté, armure ayant appartenu au marquis nommé maréchal de France par Louis XIV, et le magnifique plan-relief octogonal parfait de Neuf-Brisach (Alsace) – sis sur la rive gauche du Rhin créée en 1697 pour remplacer Vieux Brisach, sur la rive droite, rasé après le traité de Ryswick de 1697.

    Le 30 mars 1707, le Maréchal mourut à Paris, dans maison située au no 1 de la rue Saint-Roch actuelle et sur laquelle, en 1933, à l’occasion du tricentenaire de la naissance de Vauban, la ville de Paris y fit apposer une plaque commémorative.

    Le caveau de Vauban dans l’église de Basoches

    Vauban fut inhumé, selon son souhait, dans l’église de Bazoches. En 1688, il avait fait rebâtir une chapelle pour y préparer l’emplacement de son caveau. Un buste de bronze fut inauguré sur la place. La révolution profana la tombe. En 1808, par ordre de Napoléon, son cœur fut transporté aux Invalides, et placé dans le monument élevé à sa mémoire en face de celui de Turenne.

    Vauban  né Sébastien Le Prestre (infatigable constructeur )


    19 commentaires
  •  

     

     Vue aérienne prise par un drone 

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

    Le pigeonnier 

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

    .

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

     

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

    Les jardins du château de Bussy Rabutin

     

    Descriptif

    Roger de Rabutin, comte de Bussy, noble turbulent de la cour du Roi-Soleil et cousin de Madame de Sévigné passa ses années d'exil à décorer le château familial. Le corps de logis Louis XIII allongé de deux ailes disposées en U forme un ensemble très sobre achevé en 1649. Le magnifique jardin régulier a été restauré en 1990 dans un état XVIIe-XVIIIe siècle. Il comporte des pièces d'eau, des cabinets de verdure, un labyrinthe et des bosquets délimités par des allées en étoile. La terrasse est ornée de parterres bordés de buis, de variétés anciennes de rosiers, des pivoines arbustives et des fleurs vivaces. Des statues de personnages mythologiques agrémentent l'ensemble. Le parc conserve également un rucher, des glacières, un colombier, un verger et son potager où sont cultivées des variétés anciennes de légumes.

    Les jardins du château de Bussy Rabutin


    19 commentaires
  • Roger de Bussy-Rabutin, naît à Epirey , commune de St Emiland ,près d'Autun le 18 avril 1618 Réputé pour ses faits d'armes-intrigant-orgueilleux-vantard, multipliant insolence et imprudence sur les champs de bataille, vie dissolue ce qui provoqua après son enfermement à la bastille sur l'ordre de Mazarin , son exil dans son château de Bussy Rabutin où il mènera grande vie et nombreuses conquétes tout en rédigeant ses mémoires "histoires amoureuses des gaules"

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

     ********************

    Le château de Bussy Rabutin cour du chateau et cour d'honneur

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château (visité en en 2015)

     Aujourd'hui l'intérieur du château (visitable )

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

     La galerie des rois

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

    Antichambre des hommes de guerre

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

     Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

     salle des devises

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

     

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

     Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château

     Le château de Bussy-Rabutin ou château de Bussy-le-Grand est un château de style Renaissance initialement bâti aux xiie siècle et xive siècle, à Bussy-le-Grand,

    en Côte-d'Or en Bourgogne-Franche-Comté. Le château est classé Monument Historique en 1862, le domaine est classé monument historique le 29 mars 2005 et  

    le château est labellisé Maisons des Illustres. Propriété de l'État depuis 1929 avec une centaine d’autres monuments, il est géré et animé par le centre des monuments nationaux du Ministère de la Culture. 

    Au xiie siècle le seigneur Renaudin de Bussy fit construire une maison forte à ce qui est aujourd'hui le village de Bussy-le-Grand dans un vallon boisé de l'Auxois à quelques km d'Alésia/Alise-Sainte-Reine, de l'abbaye de Fontenay et du château de Montbard. 

    *************

    Pour toute  l'histoire se référer à : wikipédia

    les jardins :vendredi

    Le comte Roger de Rabutin de Bussy et son Château (visité en en 2015)

     


    21 commentaires
  • Le Maréchal Président Patrice  de Mac Mahon et le château de Sully en Saône et Loire

    Les célébrités de Bourgogne

     

    Les célébrités de Bourgogne

     

    c'est le 13 juillet 1808 au château de Sully près d'Autun que naît Patrice de Mac Mahon 16 eme enfant de Maurice-François Mac Mahon , son grand père était né en Irlande . Patrice Mac Mahon sortit de St Cyr s'illustre lors de l'expédition d'Alger, et devient général de division . C'est pendant le siège de Sébastopole et l'attaque du site fortifié de Malakoff, alors que prévenu par le général Niel que les Russes allait faire sauter cet ouvrage que le Bourguignon à déclaré avec superbe "j'y suis, j'y reste " phrase qui restera célèbre 

    La château de Sully en Saone et Loire appartient toujours à ses dexcendants 

    Les célébrités de Bourgogne

    photo prise d'avion 

    Les célébrités de Bourgogne

     

    Les célébrités de Bourgogne

    Façade ouest et le pont de pierre

    Les célébrités de Bourgogne

     Les douves

    Les célébrités de Bourgogne

    L’allée bordée de buis encadrée par les communs

    Les célébrités de Bourgogne

    La façade nord, l’escalier monumental et la terrasse

    Les célébrités de Bourgogne

    La façade néo-Renaissance

    Les célébrités de Bourgogne

    Une partie des communs

    Les célébrités de Bourgogne

    autre partie des communs

    **********

    Le château de Sully est situé sur la commune de Sully en Saône-et-Loire, entre Autun et Beaune. Ouvert au public, le château de Sully est depuis le milieu du xviii siècle la proprièté de la famille de Mac Mahon. Il est construit en plaine, au fond de la large vallée de la Drée, affluent de l’Arroux, à l’extrémité nord du village. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 4 juillet 1995 

    Majestueux et cité comme l’un des plus beaux de Bourgogne, le château est précédé d’une longue cour bordée de buis taillés et encadrée de chaque côté des bâtiments des communs. Bussy-Rabutin et Madame de Sévigné l’ont beaucoup admiré

    En plan, le château forme un vaste quadrilatère et comporte quatre corps de logis bâtis en retour d’équerre qui encadrent une cour centrale et quatre tours carrées plantées de biais qui occupent les angles. L’ensemble est entouré de douves remplies par l’eau de la Drée. Vers l’ouest, un pont de pierre qui franchit les douves dont la balustrade a été garnie vers 1890 de tout un décor de boulets et pyramides de pierre, précède la façade édifiée par les Saulx-Tavannes. L’appareil à bossages du socle de l’édifice et du rez-de-chaussée percé de petites fenêtres à meneaux fait contraste avec la richesse du décor du premier étage dont les fenêtres à meneaux et croisillons sont encadrées de pilastres terminés par des têtes et séparés par des tableaux qui imitent des niches. Les pilastres sont ornés de tableaux comme au château du Pailly, près de Langres, œuvres l’un comme l’autre, du même archictecte langrois Nicolas Ribonnier. Une composition formée des mêmes éléments marque le centre ; elle a été surmontée d’un large fronton sculpté où deux Maures soutenaient le blason des Morey qu’une horloge intérieure a maintenant remplacé.

    La cour intérieure forme un ensemble remarquable par l’ordonnance des façades et leur décor Renaissance. Un décor de bossages règne sur tout le rez-de-chaussée éclairé de baies cintrées. À l’étage, des pilastres ioniques munis de tableaux encadrent les fenêtres qui sont groupées par deux. Une niche plate ménagée entre chaque groupe est surmontée d’une tête sortant d'un cartouche ou d'un médaillon. L’allège des fenêtres est décorée de tables qui se terminent en fleuron. Le décor sculpté comporte aussi une frise qui court sous la corniche et des médaillons ronds contenant un buste en haut-relief qui sont placés sous les niches, à hauteur du rez-de-chaussée. L’ornementation de ces façades se complétait par des fresques : des figures allégoriques étaient peintes dans les niches. Il faut noter la présence d’un pavillon central à la façade du logis oriental qui présente la même élévation et les mêmes motifs. Derrière cette façade, subsiste en partie un mur plus ancien percé de portes et de fenêtres indiquant une construction du xve siècle. C’est donc en avant du logis médiéval - en ménageant la largeur d’un couloir - qu’a été construite cette façade qui achève de donner à la cour son unité monumentale.

    On peut penser que les premières constructions des Saulx-Tavannes avaient comporté trois corps de logis en laissant subsister un logis du xve siècle, œuvre des seigneurs de Couches ou des Rabutin, en avant duquel on aurait élevé un peu plus tard la façade de style classique avec son pavillon central. La présence d’une salle voûtée, déjà attestée par des reproductions anciennes, confirme que des parties de la construction médiévale ont subsisté dans ce logis.

    Les quatre tours d’angle pourraient aussi en partie remonter au château du Moyen Âge. Elles sont hautes de trois étages et couvertes de toits à lanternons.

     

    La façade vers l’extérieur du corps de logis nord date du début du xviiie siècle. elle a été établie au niveau de l’angle des tours entre lesquelles elle s’insère, ce qui lui donne un développement considérable. Des pilastres séparent ses fenêtres rectangulaires. Un avant-corps à fenêtres cintrées couronné d’un fronton est précédé d'un escalier monumental et d’une vaste terrasse qui domine le miroir d’eau des douves. Vers l’est, la façade, qui comporte un fronton central, a été remaniée au xixe siècle et le pont qui franchissait les douves a été supprimé. La façade sud, qui a subi plusieurs transformations et la chapelle qui fait saillie de ce côté ont été refaites dans le style néo-renaissance.

    Le château, propriété privée, est ouvert au public., mais pas toute l'année , la Duchesse de Magenta y réside avec une partie de sa famille

    "Peut-être un peu long à lire mais difficile de couper des morceaux 

    Les célébrités de Bourgogne

     


    17 commentaires
  •  

    Les marrons chauds

     

    Marrons chauds -chauds les marrons

    Venez vous réchauffer, clame comme un clairon 

    Dans les rues refroidie par l’hiver 

    Ce marchand de marrons, dont le brasero entr’ouvert

     

    Fait entendre le craquement et sentir l’odeur

    De ce fruit brulant par la chaleur 

    On se réchauffe au joyeux brasero

    De ce marchand de marrons chauds

     

    Puis un cornet de papier journal en main 

    En riant comme des gamins

    Les mains pleines de suie 

    Nous repartons dans le froid et la nuit 

     

    Laissant derrière nous, celui qui a réchauffé nos cœurs 

    En nous remplissant de bonheur 

    H.G


    18 commentaires
  •  

     

     

    Pressoir des ducs de Bourgogne

    pressoir en chêne massif du 12 e siecle

     pressoir des moines de citeaux , au château du clos Vougeot

    pressoirs du clos vougeot

    cuverie bâtie par les moines cisterciens

    matériel qui servait à la culture de la vigne

    Chenôve possède une des merveilles de l'architecture et de la technologie viticole du Moyen-Age : les Pressoirs des Ducs de Bourgogne 

    Ces derniers, avec ceux du Clos Vougeot, sont les plus grands et les plus anciens "treulx" de la région, inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1934. 

    Un peu d'histoire

     Symboles prestigieux de la tradition viticole de Chenôve et de la Bourgogne toute entière, les Pressoirs présentent un double acte de naissance. La première mention d'un domaine ducal à Chenôve remonte à 1228. 

     
    Les premiers pressoirs auraient été construits en 1238 sous la régence d'Alix de Vergy, Duchesse de Bourgogne, pour son fils Eudes IV.

    Des archives permettent de situer l'origine des deux pressoirs actuels entre 1404 et 1407 sous le règne de Jean Sans Peur. Louis XI les fit entrer dans le patrimoine royal en 1477 à la mort de Charles le Téméraire. Ils restèrent propriété des rois de France jusqu'en 1567.

     Par la suite, les Pressoirs furent exploités par des particuliers et par différents négociants, produisant du vin sans discontinuer pendant six siècles, ce jusqu'en 1926.

     Autour de la maison des pressoirs, les Ducs de Bourgogne exploitaient un domaine de 150 journaux, soit environ 50 hectares de vignettes.

     Les dimensions imposantes des Pressoirs témoignent de l'importance que connurent jadis les vignes de Chenôve. En effet, sous une charpente dite de cathédrale (18 mètres de faîtage), ils pressaient jusqu'à 100 pièces de vendanges par jour soit environ 23 000 litres de vin. Le plus petit des deux pressoirs permettait de travailler à chaque pressée 40 pièces (12 tonnes de raisins) pour une production de 9 000 litres de jus

    L'ingéniosité des vignerons du XVe siècle

    Par leur mode de fonctionnement, ces pressoirs illustrent les compétences technologiques et l'ingéniosité des vignerons du XVe siècle.
     


    Comme un énorme casse-noix, ils agissent par un mécanisme de levier (long de 9 mètres pour l'un et de 11 mètres pour l'autre) aussi impressionnant qu'original. Sous le levier, le raisin est disposé sur le plateau de 16 mètres carrés (la "maie" ou "matis"). Il est étayé par des claies puis, couvert par des poutres en bois jusqu'à la hauteur du levier.

     


    Le plateau est légèrement incliné et muni d'une goulotte pour l'écoulement du jus. L'action d'une vis à cabestan entraîne le levier qui comprime le raisin. Sur l'axe de la vis, un contrepoids mobile - de 4 tonnes pour l'un et de 8 tonnes pour l'autre - amplifie la pression.

     

    Ce mécanisme de contrepoids mobile en pierre est unique en Bourgogne.

    Ce contrepoids a été surnommé "la Margot" en souvenir de Marguerite de Bourgogne, épouse de Louis X le Hutin, qui, dit-on, se plaisait en la joyeuse et paillarde compagnie des faiseurs de vin. Aujourd'hui, le cellier est réservé au vieillissement du vin. En 1987, à l'initiative de la Municipalité, l'un des deux pressoirs a été remis en état 

    A l'automne, Chenôve, dans une grande manifestation populaire,fête le "réveil de ses pressoirs" :

    c'est la Fête de la Pressée. Elle se déroule chaque année le troisième week-end de septembre et rencontre un vif succès.

    Musée des pressoirs de Bourgogne à "Chenôve"

     


    21 commentaires
  •  Eglise St Joseph

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)Chapelle Vellemont 15e siècle , restaurée en 1810 après 120 année d'abandon

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

     

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

     Grosbois-en-Montagne est une petite commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

    Histoire

    L’ancien village était autrefois, sur la hauteur, au lieu-dit «Vellemont». Ce nom romain «villa montis» qui signifie la ferme ou le château de la montagne, donne lieu de croire que cet endroit, après avoir été un lieu de culte druidique et d’habitations celtiques, fut habité par des Romains auxquels succédèrent, suivant la tradition, des seigneurs francs et féodaux.

    La première fois que le nom de Grosbois apparut fut sous Grosboes en 1099 pour apparaître plus tard sous le nom de Grossus Boscus en 1220. La trace d'actes de ventes permet de savoir que le fief fut vendu par Guy de Saffres au Duc de Bourgogne Hugues IV en 1258. Grosbois fut le fief des Bauffremont en 1487, des Tavannes en 1517 et puis des Vienne de Châteauneuf lesquels, ruinés par les guerres de religion, vendirent leurs droits aux Potot d’Avosnes qui les passèrent, en 1612, à Étienne Bernardon, Conseiller au Parlement de Dijon. Ce dernier commença la construction du château qu’habitent, encore aujourd’hui, ses descendants.

    La construction, en 1739, de la «Route royale», devenue depuis la «Route impériale», puis la Nationale 5, devait accentuer la décadence de Vellemont et profiter au développement de Grosbois où plusieurs moulins s’installèrent, où le château s’agrandit par adjonction d’une bibliothèque et de plusieurs constructions disparates, où des cultures de chanvre prospérèrent.

    La population maximale fut atteinte en 1830, avec plus de 600 habitants !

     

    Mais le chemin de fer, l’ère industrielle et la construction du réservoir qui devait priver les habitants de leurs meilleures terres, amorcèrent le déclin du village. Pourtant, il y a à peine plus de cent ans, on dut agrandir l’église pour que toute la population pût y tenir !

     

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

     

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

     Le Réservoir de Grosbois

    Grosbois est, avec une capacité de 8,6 millions de mètres cubes, le plus important de tous les réservoirs du canal de Bourgogne jusqu'en 1875, date à laquelle il est agrandi.

    Cette retenue est établie sur la haute vallée de la Brenne, à près de 400 m d'altitude. Une rigole de 14 km apporte l'eau dans le bassin de Pouilly, à 378 m d'altitude, ce qui donne une pente de 0,16 %. Cette rigole franchit le relief très marqué qui sépare le versant de la Brenne de celui de l'Armançon, par un souterrain de 3,6 km de long qui débouche à Soussey, où, au passage, elle capte l'eau de la Brionne avant de faire de même avec deux autres ruisseaux plus loin.

    En 1900, Grosbois reçoit un "contre-réservoir" juste à l'aval de sa digue, destiné à contrebalancer la poussée exercée sur celle-ci par la retenue (préciser car manque de clarté. Merci). Ce second plan d'eau contient 0,9 million de mètres cubes, et est exploité comme lieu de loisirs nautiques, en plus de son rôle régulateur de la Brenne.

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

     

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

     

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)

     

     Les bâtiments les plus anciens auraient été construits au XVIe siècle, vraisemblablement à l'emplacement d'une maison-forte ayant appartenu aux Vienne, aux Bauffremont et à Claude d'Eguilly, par Etienne Bernardon, conseiller au Parlement de Dijon, qui possédait cette terre en 1580. Dans leur prolongement, son petit-fils, Nicolas Perreney, président au Parlement de Dijon, édifia, vers 1700, le château Rose qui tire son nom de la couleur du crépi qui en recouvre les murs. Le dernier Perreney, Claude-Irénée fit transformer au milieu du XVIIIe siècle les communs pour abriter la bibliothèque de Louis Quarré de Quintin, dont il avait hérité, et qu'il continua d'enrichir jusqu'à sa mort en 1840. Ni lui ni son père n'émigrèrent, aussi purent-ils conserver la totalité de leurs biens. Le château fut restauré en 1835, à la fin du XIXe siècle, Jeanne d'Harcourt, comtesse de La Tour du Pin, fit bâtir une aile en retour d'équerre d'esprit néo-gothique.

    château de Grosbois  propriété privée, ne se visite pas.

    Gros bois en Montagne (petit cadeau pour Vero)


    24 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
, document.write(unescape('%3Cscript type="text/javascript" src="http://scriptsdegiga24.e-monsite.com/medias/files/tombeimage.js"%3E%3C/script%3E')); // Format jj/mm uniquement pour les dates de début et fin d'activation du script var dateDebut = "01/12"; // Date de départ var dateFin = "31/01"; // Date d'arrêt (incluse) var urlImage="http://scriptsdegiga24.e-monsite.com/medias/images/flocon.gif"; //url de l'image $(document).ready(function(){ tombeImage(dateDebut,dateFin); });