•  Après les Goudes nous allons rentrer dans les calanques de Marseille

    la première se trouve être "la calanque de Podesta "  

     ces photos  ne sont pas les miennes

     

     les calanques de Marseille

    les calanques de Marseille

    les calanques de Marseille

    "Au fond l'île du Riou"

    La Calanque de" Podestat" : un bijou pour les yeux

    Podestat est une jolie petite calanque nichée entre la calanque des Queyrons et l’Escut dans le Parc national des Calanques. Elle appartient depuis 1930 au Groupe EDF.

    C’est la dernière des calanques de Marseille fréquentables sur le chemin de randonnée avant que celui-ci ne remonte vers le col de Sormiou.

    Dans un cadre agréable et reposant, une petite plage de galets se dessine, entourée de falaises. Malheureusement, si le décor est idyllique, il est déconseillé de s’y baigner ou de faire de la plongée. En effet, la zone est polluée par le grand collecteur des égouts de Marseille qui a déversé durant des années des eaux usées dans la calanque de Cortiou, à quelques kilomètres de là.

    Le parking le plus proche est celui de Collelongue dont le chemin vous mènera directement à Podestat. Vous pouvez également partir de la calanque de Marseilleveyre ou du col de Sormiou grâce à un sentier qui longe la mer et vous procurera une vue directe sur l’île de Riou. 

    ***************************

    les calanques de Marseille

    les calanques de Marseille

    les calanques de Marseille

    les calanques de Marseille

    les calanques de Marseille

    la calanque de "Sugiton" et ses paysages

    A côté du site universitaire de Luminy, dans le quartier du Redon se trouve la calanque de Sugiton. Elle est accessible depuis par un chemin partant du campus de l’université Marseillaise.

     Le chemin étant parfois un peu sauvage. Arrivé au niveau du Belvédère, qui surplombe les hautes falaises, vous aurez une vue magnifique sur la calanque de Morgiou.

    Une fois arrivé à Sugiton, vous pourrez admirer l’eau turquoise et le paysage sauvage que vous offrent les 2 petites criques. Vous pourrez lézarder sur leurs plages de galets qui vous donneront une vue directe sur l’îlot du torpilleur, situé à une dizaine de mètres de la rive. Il doit son nom à sa forme ressemblante à celle d’un navire militaire. 

    La Calanques des Pierres Tombées, située à l’est de la calanque, est plus difficile d’accès en raison des risques de chute de pierres. Le lieu doit son nom aux éboulements de roches provenant d’une haute falaise. 

    **********************

    La calanque de "Morgiou"

    les calanques de Marseille

    Le port de Morgiou

    les calanques de Marseille

    Cap Morgiou

    les calanques de Marseille

    les calanques de Marseille

    les calanques de Marseille

    Les remparts 

    Morgiou, sa calanque, son port de pêche et sa plage

    Petit port de pêche typique encore en activité, la calanque de Morgiou se trouve entre les calanques de Sormiou et de Sugiton, dans le Parc national des Calanques. Elle est étroite et profonde et se compose d’un port de pêche, de cabanons, d’un bar restaurant et d’un terrain de boules ! Il faut savoir qu’une quarantaine de personnes habitent à l’année à Morgiou.

    La calanque est accessible à pied depuis Luminy en une heure ou en voiture depuis le quartier des Baumettes. Elle est l’une des plus belles calanques de Marseille. Si vous venez en voiture, vous trouverez dans le port de plaisance, après les cabanons un parking pour vous garer.

    Lorsqu’on se trouve face à la mer, on peut aller à la calanque de Sugiton en passant par la gauche via un sentier un peu escarpé, le chemin de droite aboutit au Cap Morgiou. L’eau y est turquoise, on trouve quelques petites plages de galets et des activités sportives sont accessibles à proximité. Beaucoup moins connue que les autres, cette crique est sans doute la plus sauvage. La petite plage de Morgiou est composée de sable et de galets.

    Dans le port, vous pourrez observer les marches en pierre qui furent taillées pour la venue du roi Louis XIII. Il était venu assister en 1622 à une pêche au thon, appelée pêche à la madrague, du nom du filet utilisé

    L'ensemble de cette balade est conseillé aux bons marcheurs ; dans le cas contraire, prévoyez 2 journées : 1 journée pour la calanque de Morgiou et le cap Morgiou et 

     on y trouvera la célèbre grotte Cosquer comportant des peintures rupestres préhistoriques. Malheureusement, pour des raisons de sécurité les accès de la grotte ont été bloqués ! Le sentier du Vertige quant à lui, vous guidera le long de la Crête de Morgiou en vous offrant un paysage à couper le souffle ! Et en plongée, ce sont ses fonds marins qui vous en mettront plein les yeux !

    les calanques de Marseille

     

     

     


    20 commentaires
  • Valse des carnavals

     

    "Valse des carnavals" 

    Accourez  vite dans la rue, 

    Admirez tous ces inconnus, 

    Coiffés de chapeaux biscornus,

    Leurs visages derrière des masques tordus. 

     

    Dans les rues de Rio, 

    Au son du banjo, 

    Les filles vêtus de plumes et  de falbala,

    Dansent salsa et rumba. 

     

    Au bord de la lagune à Venise, 

    On rencontre princes et marquises,

    Ces belles s’avancent dans le soir, 

    Aux bras de leurs chevaliers portant tricornes noir.

     

    Les gilles ont sorti leurs grelots, 

    Promenant fièrement leurs chapeaux,  

    C’ est au son de cuivres et de tambours, 

    Qu’ils avancent d’un rythme de troubadour.

     

    Pierrot retrouve  sa Colombine, 

    Et lui  joue des airs à sa mandoline, 

    Nous apportant des jours meilleurs,

    Où tout ne serra que douceur. 

     

    Souhaitons leurs  la bienvenue, 

    Ils nous annoncent le printemps tant attendu, 

    Celui-ci dans sa splendeur, 

    Nous reviendra  avec bonheur. 

    « Hélène »

    Valse des carnavals


    14 commentaires

    Les Goudes Marseille

    Le port des Goudes par "Alphonse Mouttes "

     Les Goudes

    « Va te jeter aux Goudes » dit le dicton marseillais. C’est dire l’impression de bout du monde qui se dégage de cet endroit mythique de la cité phocéenne. Ce quartier du 8 eme arrondissement de Marseille offre un cadre spectaculaire et authentique aux portes des calanques. Petit port traditionnel abritant encore quelques pêcheurs, le lieu est pris d’assaut durant l’été au point que la circulation y est difficile et le stationnement un casse tête. Néanmoins pour ceux qui auront su s’y prendre assez tôt le jeu en vaut la chandelle.

     La colline compte des vestiges de fortifications de la seconde guerre mondiale, ainsi qu’une vue imprenable sur la rade de Marseille, l’Île Maire et l’archipel de Riou. Les Goudes sont à la fois la porte des calanques avec le point de départ des randonneurs vers le Massif. Mais aussi le paradis des baigneurs, des pêcheurs, des plongeurs, des amateurs de paysages grandioses…

    Accolé aux Goudes, on trouve le massif de Marseilleveyre.

     Il a été dit que autrefois ce massif  Marseilho-Veïre ,  signifiait le « Vieux Marseille » .ce qui a été  souvent  source de débats sur les origines de Marseille. Il existait une chapelle du onzième siècle, détruite en 1911.

    En 1967 un projet aujourd’hui tombé dans l’oubli était  née entre les Goudes et la calanque de Callelongue, face à l’île Maire. Denis Creissels, ingénieur aux Téléphériques du Midi eu l’idée de construire un téléphérique sous marin en collaboration avec James Couttet : le téléscaphe. Mais ceci n’eu pas de suite 

    Souvent présenté comme un repaire de truands, le quartier a été complètement transformé dans le courant des années 1990 et 2000 se transformant en quartier bourgeois, au grand dam de la population pour qui l'immobilier est devenu inabordable

    Ce quartier  de Marseille, est très prisé des Marseillais pour son cadre spectaculaire aux portes des calanques de Marseille et pour son petit port. L'affluence touristique est telle qu'il faut plusieurs heures pour y circuler en voiture le weekend-

    Aux Goudes, face à l’île Maire se dessine la magnifique Baie des Singes.

     La frontière ultime de Marseille, le bout du monde quoi. Abritée de la haute mer par une digue, l’eau y est certes toujours plus fraîche mais le cadre y est toujours somptueux. 

    Les Goudes Marseille

     


    15 commentaires
  •  

    Nous étions des amis,

    A jamais pour la vie,

    Tu était ma liberté, ma passion,

    Dans mes pensée , ma raison.

     

    Ton regard, n’était que tendresse,

    Il m’a remplit d’allégresse,

    J’ ai appris à te connaître, 

    Ton allure  est devenu  mon maître.

     

    Entre nous un lien s’était noué, 

    Que personne n’a pu  couper, 

    Tout le monde le savait, 

    Et ne nous a jamais séparé. 

     

    Ainsi élancé dans des impétueux galop,

    Aux rythme cadencé de tes sabots,

    Malgré  le vent, malgré dans la pluie, 

     De jour comme  de la nuit. 

     

    Nos balades, nos galopades,

    Ces longues et interminables  escapades,

    Tellement de  plaisir  tu m’as donnée,

    Est devenue une belle amitié.

     

    A jamais restera au fond de moi,

    Cette  sublime image de toi.

    « Hélène »

    Toi mon fidèle ami ......


    17 commentaires
  •  

    Manger des crêpes à la chandeleur est devenu une institution. Mais pour quoi des crêpes ? Et qu’est-ce que la Chandeleur au juste ?

    C’est encore l’histoire de la rencontre des traditions païennes et des célébrations chrétiennes. Le mois de février, période des premières semences, a connu de nombreuses célébrations pour invoquer les divinités favorables à la fécondité et aux moissons ; appelant à la bonne fortune. Les crêpes quant à elles, sous différentes formes, ont été mangées de tous temps.

    Les rites païens consistaient à appeler le retour des beaux jours et des moissons en mangeant des galettes. Rondes et dorées, elles évoquaient le soleil nécessaire aux cultures. Les Celtes, eux, célébraient  le 1er février, la divinité de la fécondité était fêtée avec des parades de flambeaux. Pour les Romains, c’était les Lupercales le 15 février (une fête en l’honneur de Faunus, divinité des troupeaux et de la fécondité). Les Grecs quant à eux célébraient le retour de Perséphone, reine des Enfers, chez sa mère, déesse de l’Agriculture, avec des torches.

    C’est à la fin du V° siècle que le Pape Gélase 1° abolit les Lupercales pour instaurer le 2 février, 40 jours après la naissance du Christ, la présentation de l’enfant Jésus par Marie au temple de Jérusalem. A partir du Moyen-âge, des pèlerins commencèrent à venir à Rome pour célébrer la présentation de Jésus, portant des cierges bénis. Des cierges car Dieu est « la lumière qui illumine les nations ». Torches aux débuts, puis flambeaux et cierges et enfin chandelles. D’où le nom adopté de Chandeleur. Le Pape offrait aux pèlerins de quoi se restaurer. A cours de pain, il vint à offrir de fines galettes. Et la boucle est bouclée. Nous en revenons aux crêpes. D’où la tradition largement pratiquée aujourd’hui, chrétiens ou non, de manger des crêpes à la Chandeleur.

    D’autres rites sont apparus, la plupart liés à la bonne fortune. Déposer en haut d’une armoire jusqu’à la chandeleur de l’année suivante la première crêpe de la fournée éloignerait la misère. Faire sauter les crêpes en tenant une pièce d’or dans une main apporterait la prospérité. Ou encore ce dicton : « si point ne veut de blé charbonneux, mange de crêpes à la Chandeleur ».

    la chandeleur


    13 commentaires
src="http://ekladata.com/bleulezard.eklablog.com/perso/flocons.js" type="text/javascript">