• Bonne fête à toutes les Maman du monde

    Bonne fête à toutes les Maman du monde

     

    L’amour Maternel

    Dans cette vie , où tout n’est que chimère ,

    Où chaque jour les sentiments sont ternis ,

    Où l’on  s’unit et  se désunit ,

    Où même l’amitié devient parfois amère, 

     

    L’amour maternel est la seule chose qui n’est pas éphémère, 

    Cet amour ne vous trompe pas et jamais ne finit.

    Les voiles volent au port , l’oiseau vole à son nid,

    Et un enfant vole au cœur de sa mère.

     

    Parfois un doute se glisse vers un attachement,

    L’expérience de la vie vous fait découvrir un ver en elle,

    Quand on aime , on le craint profondément.

     

    Mais on ne doute jamais de la profondeur de l’âme maternelle,

    Comme une source ,l’amour  coule en ce grand sentiment,

    Et les lèvres de l’enfant y boit  éternellement. 

    « Hélène »

    Bonne fête à toutes les Maman du monde

     


    15 commentaires
  • La danse est le plus sublime,

    Le plus émouvant,

    Le plus beau de tous les arts,

    Parce qu’elle n’est pas une simple traduction

    Ou abstraction de la vie,

    C’est la vie elle-même.

    « Henry Havelock Ellis »

    (auteur anglais 1859-1939) 

    La danse

                                                               

     

                                         


    11 commentaires
  • ****************************

    Les anis de Flavigny

    ancien atelier des étuis

    Les anis de Flavigny

    l'atelier de conditionnement des anis  en 1930

    Les anis de Flavigny

    ancienne atelier des turbines  

    Les anis de Flavigny

    Atelier actuel 

    Les anis de Flavigny

     l'atelier de conditionnement   la ligne de boite ovales

    Les anis de Flavigny

      la machine de boites ovales

    Les anis de Flavigny

    Les anis de Flavigny

    Entrée du magasin

    Les anis de Flavigny

    Les anis de Flavigny

    Les anis de Flavigny

    Les anis de Flavigny

    bâtiment de fabrication (ancienne abbaye )

    *****************************

    Un peu d’histoire : un empereur, un philosophe, un pape, des moines bénédictins et des sœurs ursulines

    L’Anis de Flavigny est la spécialité de Flavigny-sur-Ozerain .La légende dit que c’est grâce à Jules César que la fabrication d'anis a été introduite en Bourgogne. Les médecins romains accompagnant les troupes de l’empereur qui ont assiégé en 52 avant Jésus Christ la ville d’Alésia auraient semé des graines d'anis vert, rapportées par un voyageur romain du nom de Flavius, sur le terrain de l'hôpital de campagne qu’ils avaient érigé. A cette époque, l’Anis de Flavigny était en effet recommandé pour ses vertus thérapeutiques, et était  conseillé notamment pour lutter contre les effets des piqures de scorpion . Selon les historiens, l'ancienne ville d'Alésia était située à proximité de ce qui est maintenant le village de Flavigny-sur-Ozerain.

    L’Anis de Flavigny a été pour la première fois mentionné dans un document datant des années 870 après JC qui fait état d’un cadeau de quelques livres d'anis au pape Jean VIII par les moines Bénédictins de Flavigny pour le remercier d’avoir passé trois semaines dans leur abbaye avec sa suite de dix-huit évêques. 

    Il faut attendre le 17ème siècle pour retrouver la trace de l'Anis de Flavigny. Sous la supervision de leur mère supérieure Claude Jacotot, les sœurs Ursulines qui habitaient alors l’abbaye ont décidé de se lancer dans la fabrication d’anis confit. Les sœurs auraient puisé leur inspiration dans la fontaine de la Recluse d’où jaillissaient naturellement de l’eau de fleur d’oranger et de l’eau de rose, les deux saveurs utilisées à l’époque. C’est ainsi que serait née la recette de l’Anis de Flavigny, un bonbon constitué d’une graine d’anis enrobée de sucre et parfumée à l’eau de fleur d’oranger ou à l’eau de rose. Savez-vous qu’entre les phases d’enrobage à la main et de séchage, près de six mois étaient alors nécessaires pour fabriquer un bonbon ?

    Après la révolution et le départ des religieuses, plusieurs confiseurs du village de Flavigny-sur-Ozerain se sont à leur tour mis à faire commerce de sucreries. C’est après la première guerre mondiale que les fabriques de l’époque, « A la Belle Marraine », « A la Source des Douceurs » et « A la Fontaine de la Recluse », se sont réunies sous le nom de « Au Galant Berger », en référence au berger contant fleurette à sa bergère que l’on peut encore voir aujourd’hui sur la boite métallique traditionnelle des Anis de Flavigny.

    La tradition du « bien bon bonbon » perpétuée par la famille Troubat

    L’usine située au cœur même de l’ancienne abbaye a été rachetée en 1923 par Jean Troubat, dont la famille perpétue encore aujourd'hui la tradition de la fabrication de l'Anis de Flavigny sous la houlette de Catherine Troubat qui assure depuis 1990 la succession . Grâce à la modernisation des installations, seuls quinze jours suffisent désormais à fabriquer les bonbons, toujours selon la recette classique qui n’a pas changé depuis. Les Anis de Flavigny sont désormais déclinés dans une gamme de bonbons parfumés à l’anis bien sûr, mais également à la menthe, la rose, la violette, la réglisse, le citron, la mandarine ou la fleur d’oranger, pour ne citer que quelque uns des arômes naturels utilisés par la famille Troubat.

    Le « bien bon bonbon » de l’abbaye de Flavigny fut la première confiserie à apparaître dans les distributeurs automatiques des quais de gare et du métro parisien. Depuis, son succès ne s’est jamais démenti et ce sont désormais près de 250 tonnes de ces petites billes d’un gramme qui quittent chaque année Flavigny pour régaler les gourmands du monde entier.

    Un conseil pour savourer le « bien bon bonbon » : ne le croquez pas !

     Pour déguster les petites billes immaculées, suivez le conseil de Catherine Troubat : « Prenez les deux par deux et faites les rouler dans la bouche jusqu’à retrouver la graine. Deux par deux, c’est bon bon

    ********************************

     Pour compléter mon article cette vidéo visite de la crypte

    Les anis de Flavigny

     

     


    14 commentaires
  •  

    les pensées sont comme les fleurs, celle qu'on cueille le matin 

    se conserve le plus longtemps fraîches

    "André Gide"

    Les pensées


    11 commentaires
  •  

    Flavigny-sur-Ozerain est située dans le département de la Côte-d'Or . Les habitants et habitantes sont appelés les Flavigniens et Flavigniennes.

    La commune a été reçue membre, pour son vieux bourg, de l'association des Plus Beaux Villages de France, et le label officiel de « Site remarquable du goût » lui a été décerné en tant que lieu exclusif de fabrication des « Anis de Flavigny »

    Pour découvrir Flavigny sur Ozerain et ses curiosités, rien de tel que de marcher le nez en l’air dans ses ""petites ruelles pavées. Très marqué par l’époque médiévale, le village est entouré de remparts et de portes fortifiées. Vous pourrez aussi y admirer de belles demeures comme la maison à colombages, la maison de l’écuyer ou la maison au donataire, la tour de guet, l’église Saint Genest, l’ancien couvent des ursulines… sans oublier l’abbaye bénédictine Saint Pierre autour de laquelle le village a été construit. 

    Flavigny sur Ozerain

    Flavigny sur Ozerain

    porte du bourg

    Flavigny sur Ozerain

    Eglise saint genest

    Flavigny sur Ozerain

    Flavigny sur Ozerain

    Maison du donataire

    Flavigny sur Ozerain

     la tour de guet 

    Flavigny sur Ozerain

    Flavigny sur Ozerain

    Flavigny sur Ozerain

    la maison de l'écuyer

    Flavigny sur Ozerain

    Flavigny sur Ozerain

    Flavigny sur Ozerain

    Flavigny sur Ozerain

    Flavigny sur Ozerain

    Le restaurant "la Grange"

    ***********************

    Un peu d’histoire 

    En 52 avant J-C, Vercingétorix dirige la rébellion et conduit une armée contre César. Vercingétorix se replie sur le mont Auxois et César établit des lignes de défense tout autour de l'oppidum, et défait les armées gauloises. Il installe l'un de ses campements militaires sur la colline de Flavigny.

    Après le siège d'Alésia (oppidum situé alors sur une colline voisine) et le départ des armées romaines, le général de Jules César et vétéran romain Flavinius se voit offrir une partie de cette terre formée de la colline où sera bâtie peu après la cité de Flavianiacum, aujourd'hui commune de Flavigny-sur-Ozerain.

    Le village tient aussi son origine de l'ancienne abbaye bénédictine de Flavigny fondée en 719 par Wideradus, fils du chef burgonde Corbon puis rénovée au xve siècle par l'archevêque de Besançon Quentin Ménard, natif du lieu. La règle bénédictine écrite par saint Benoît de Nursie au vie siècle organise la vie quotidienne des moines ; 

    Au plus tard vers 1150 , la ville de Flavigny appartient à l'évêché d'Autun.

    En 1188, un prieuré d'Augustins est fondé à Nailly., sur le versant Est de l'Ozerain. Il est connu comme hôpital ou maison-dieu Saint-Nicolas..

    Le roi de France Philippe Auguste en 1198 offre au  duc Eudes III en donation immédiate les droits qu’il détient sur l’abbaye et la cité de Flavigny devenus ainsi propriété directe des ducs de Bourgogneet  lui fait tenir serment de ne jamais contracter alliance avec son ennemi Richard Cœur de Lion..

    En 1590, Henri IV crée à Flavigny un Parlement rival de celui du Parlement de Dijon qui ne le reconnaît pas pour roi. Ainsi se rendent à Flavigny les parlementaires qui lui sont fidèles

    Flavigny sur Ozerain

     

    La semaine prochaine  :l'histoire de la fabrique des "bonbons à l'anis de Flavigny"


    12 commentaires
  •  Mon village

     De ma maison dans la vallée,

    Je vois la haut perché,

    Mon cher village et ses maisons enclavées.

    Le clocher de son église qui s’impose, 

    Et nous sonne l’apothéose,

    En ce cadre magique et grandiose.

    Mon village sanctuaire de mon enfance,

    Derrière chaque pierre montée avec patience,

    Se cache joie et souffrance.

    Venez étranger du bout du monde, 

    Venez trouver la magie profonde,

    De gens à la parole faconde.

    Depuis mon plus jeune âge,

    J’ai gardé ce précieux bagage, 

    Que j’ai emporté comme c’est l’usage.

    Avec toujours l’envie de retrouver, 

    Ses  ruelles étroites, que je n’ai pas oublié,

    Revoir mon village avec complicité. 

    « Hélène »

    "écris en 2010"

    Mon village


    17 commentaires
  •  

    Dors mon enfant 

    Dors bien mon petit enfant,

    Enroule toi dans ton nuage,

    Je te raconte en chantant ,

    Une histoire pleine de présages.

     

    Dors mon enfant au joli minois ,

    Jusqu’à que le jour veuille se lever,

    Moi je veille toujours sur toi,

    Tu as tout le temps de rêver,

     

    Vole vers une île au trésor,

    Où scintillent à l’infini 

    Des millions d’ étoiles d’or…. 

    Dans le profond de la nuit. 

     

    Demain tu seras grand et fort,

    Je ne serai pas très loin,

    Quand tu verras l’envers du décor

    Je serai la pour te tendre la main 

    « Hélène »

    Dors mon enfant

     


    10 commentaires
  • L'ensemble de l'abbatiale 

    Le cloître de l'abbaye 

    la nef de l'abbatiale

     detail du-choeur de l-abbatiale

    fresque de la vie se Saint Seine

    Le lavoir 

    fontaine dite samaritaine

    Auberge "la campagnarde"

    Forêt de St Seine l'Abbaye (où nous avons été cueillir du muguet )

    ************************

    Saint-Seine-l'Abbaye, anciennement Saint-Seine-en-Montagne, est  située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle est traversée par l'Ougne.

    Histoire

    Antiquité / Route de l'ambre et de l'étain

    Depuis la haute antiquité, Saint-Seine-l'Abbaye est un lieu stratégique, carrefour commercial important entre le nord de la France et les Flandres et les comptoirs romains ou grecs du Midi.

    Le village devient le siège d'une abbaye bénédictine fondée au vie siècle par Saint Sequanus (Saint Seine).

    Vers 731, la Burgondie et en particulier l'abbaye de Saint-Seine est pillée et brûlée par le passage des Sarrasins.

    La puissance monastique des moines s'étend peu à peu jusqu'à ce que Charles le Gros cède ses droits fonciers attenants au domaine (fiscus régius) sous la demande de Waremberg, abbé de Saint-Seine, lors du passage du Roi en 886 à Langres.

    Les Normands et les Hongrois lors de leur passage  en (888) ruinent à nouveau le pays.

    Ravagée puis relevée en 981, l'abbaye connaît son apogée au xiiie siècle.

    Pendant plusieurs siècles, l'histoire du village de Saint-Seine se confond avec celle de son abbaye.

    Construction de l'abbatiale

    Au début du xiiie siècle, l'abbé Olivier entreprend la construction de l'abbatiale.

    L'abbaye de Saint-Seine, appelée d'abord Sainte-Marie de Cestres, est fondée en 534 par Sigo. L'abbaye compte alors, entre autres, parmi ses religieux saint Benoît d'Aniane en 774, le réformateur de l'ordre de saint Benoît de Nursie au ixe siècle.

    En l'an 805, Charlemagne confirme les donations et privilèges dont jouissaient, dans le pays Lingon (évèché de Langres), les églises et monastères dont les archives avaient été anéanties par l'invasion arabe. La charte perdue, c'est son fils, Louis le Pieux qui, en 817, confirma à nouveau les propriétés de l'abbaye de Saint-Seine.

    Sainte Seine l'Abbaye (où habite ma petite fille)

     


    15 commentaires