• C'est avec plaisir  que j'ai revu Corinne (ancienne blogueuse) que j'avais rencontré il y a 4 ans en Ht Savoie, nous sommes toujours restés en contact malgré qu'elle n'est plus de blog. Du fait de son passage en Bourgogne nous avons pu nous retrouver dans ce petit village de Beze

    ******************

    Beze

    Retrouvaille après 4 ans!!

    Un très beau village niché au fond d'un vallon verdoyant que traverse une rivière "la Beze" construit en 630 il a abrité une des plus grandes abbaye du royaume avec une centaine de moine. On peut encore admirer des bâtiments moyenâgeux(lavoirs, halle au grains, tour de défense) En particulier, les superbes façades gothiques d'une école monastique du XII eme qui domine l'accueillante place du village

    Retrouvaille après 4 ans!!

    Retrouvaille après 4 ans!!

    Ces bâtiments du XIIIè siècle abritaient du temps des moines les « communs ». En particulier, les « foudres » de l’Abbaye. Les moines avaient vinifié le premier vin de Bourgogne à BEZE avant d’en transporter les ceps à Gevrey. Le meilleur cru de Gevrey-Chambertin est « le Clos de Bèze ».

    Ces bâtiments ont abrité également le « Magasin des Pompes » (pompiers). Ils ont été offerts à la Commune à la Révolution.

    Ils sont utilisés par la Commune pour l’école (4 classes de primaire et une de maternelle), un logement et une salle des fêtes voûtée.

    Retrouvaille après 4 ans!!

    Retrouvaille après 4 ans!!

    Retrouvaille après 4 ans!!

    Lavoir des soeurs à Bèze

    Le lavoir des soeurs est bâti sur la rivière la Bèze qui traverse le village de Bèze.
      le lavoir des soeurs passe également pour être l'un des plus beaux du département de Cote-d'or.
    Il porte ce nom car situé près de l'abbaye, on dit que les soeurs qui y lavaient ici le linge distrayaient les moines par le bruit de leur battoir !!
    Le lavoir des soeurs est adossé à la tour d' Oysel (ancienne tour de l'Abbaye) il est bâti en forme de croissant et son toit recouvert de tuiles plates est soutenu par cinq colonnes, sur une magnifique charpente en chêne à six fermes rayonnantes.
    L'environnement dans lequel se trouve le lavoir est des plus agréable, canards, oies, berges bordées d'une surperbe collection d'arbres colorés.

    Retrouvaille après 4 ans!!

    Retrouvaille après 4 ans!!

    Ses bâtiments subsistants, qui datent pour l’essentiel du XVIIIe siècle – à l’exception des restes d’une Chapelle du XIIe siècle – sont les témoins d’une histoire qui embrasse donc plus d’un millénaire, du début du VIIe s. à la Révolution Française, où elle fut vendue comme bien national.

    Retrouvaille après 4 ans!!

    Tour de Défense

    Retrouvaille après 4 ans!!

    école monastique

    Retrouvaille après 4 ans!!

    Retrouvaille après 4 ans!!

    La rivière "La Beze"

    Retrouvaille après 4 ans!!

    ***************************

    demain retour sur Dijon 25  km

    ***************************


    18 commentaires
  • Le myosotis, et puis la rose,
    Ce sont des fleurs qui dis'nt quèqu' chose !
    Mais pour aimer les coqu'licots
    Et n'aimer qu'ça... faut être idiot !
    T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà :
    Quand j't'aurai dit, tu comprendras !
    La premièr' fois que je l'ai vue,
    Elle dormait, à moitié nue
    Dans la lumière de l'été
    Au beau milieu d'un champ de blé.
    Et sous le corsag' blanc,
    Là où battait son coeur,
    Le soleil, gentiment,
    Faisait vivre une fleur :
    Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
    Comme un p'tit coqu'licot.

    C'est très curieux comm' tes yeux brillent
    En te rapp'lant la jolie fille !
    Ils brill'nt si fort qu'c'est un peu trop
    Pour expliquer... les coqu'licots !
    T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà
    Quand je l'ai prise dans mes bras,
    Elle m'a donné son beau sourire,
    Et puis après, sans rien nous dire,

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥


    5 commentaires
  • L’enfant n’a pas de frontière
    Il s’envole vers l’imaginaire
    À l’histoire qu’on lui lit
    Un conte des milles et une nuit

    Il deviendra un pirate
    Une princesse ou un acrobate
    Car ce qu’on lui lit
    Lui, il le vit

    Le temps d’un conte
    Il est dans son monde
    Un univers magique
    Cette enfant, ce héro unique

    La lecture sert l’imagination
    Et développe la création
    Laissons nos enfants s’envoler
    Vers un monde enchanté

      "ANGLEHART GEMMA"

    *****************************************


    7 commentaires
  • La danse est le langage caché de l'âme

    "Martha Graham"

    Danser, c'est comme parler en silence.

    C'est dire plein de choses sans dire un mot

    "Yuri Bueaventura"

    *********************


    9 commentaires
  • Pour aller à Suresnes ou bien à Charenton
    Tout le long de la Seine on passe sous les ponts
    Pendant le jour, suivant son cours
    Tout Paris en bateau défile,
    L´cœur plein d´entrain, ça va, ça vient,
    Mais l´soir lorsque tout dort tranquille...

    Sous les ponts de Paris, lorsque descend la nuit,
    Toutes sortes de gueux se faufilent en cachette
    Et sont heureux de trouver une couchette,
    Hôtel du courant d´air, où l´on ne paie pas cher,
    L´parfum et l´eau c´est pour rien mon marquis
    Sous les ponts de Paris.

    A la sortie d´l´usine, Julot rencontre Nini
    Ça va t´y la rouquine? C´est la fête aujourd´hui.
    Prends ce bouquet, quelques brins d´muguet
    C´est peu mais c´est toute ma fortune,
    Viens avec moi, j´connais l´endroit
    Où l´on n´craint même pas l´clair de lune.

    *************************


    10 commentaires
  • Le galop bleu des souvenances traverse les lilas des yeux
    Et les canons des indolences tirent mes songes vers les cieux.

    Citation de Guillaume Apollinaire ;


    16 commentaires
  • Nous étions jeunes et innocents,
    Dansant sur la fibre du temps.
    Deux chiots fous. Deux inconscients,
    Si pleins de rêves pour un instant.
     
     Nous partions sur notre cheval blanc.
    Ivres de grand air et insouciants.
    Dans de possible chemin.
    L'éternel au creux de nos mains.

     
     Où sont donc ces jours passés ?
    Prompts à s'enfuir en un été.
    Nous voilà fourbus et ridés
    Deux vieux renards apprivoisés.
     
     Au moins aurons-nous, face aux vents
    Conservé le plus important :
    L'Amour de ces deux enfants 
    Que nous étions il y a longtemps.

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥


    8 commentaires
  • L'attente

    Quand je ne te vois pas, le temps m'accable, et l'heure
    A je ne sais quel poids impossible à porter :
    Je sens languir mon coeur, qui cherche à me quitter ;
    Et ma tête se penche, et je souffre et je pleure.

    Quand ta voix saisissante atteint mon souvenir,
    Je tressaille, j'écoute... et j'espère immobile ;
    Et l'on dirait que Dieu touche un roseau débile ;
    Et moi, tout moi répond : Dieu ! faites-le venir !

    Quand sur tes traits charmants j'arrête ma pensée,
    Tous mes traits sont empreints de crainte et de bonheur ;
    J'ai froid dans mes cheveux ; ma vie est oppressée,
    Et ton nom, tout à coup, s'échappe de mon coeur.

    Quand c'est toi-même, enfin ! quand j'ai cessé d'attendre,
    Tremblante, je me sauve en te tendant les bras ;
    Je n'ose te parler, et j'ai peur de t'entendre ;
    Mais tu cherches mon âme, et toi seul l'obtiendras !

    Suis-je une soeur tardive à tes voeux accordée ?
    Es-tu l'ombre promise à mes timides pas ?
    Mais je me sens frémir. Moi, ta soeur ! quelle idée !
    Toi, mon frère ! ... ô terreur ! Dis que tu ne l'es pas !

    Marceline DESBORDES-VALMORE   (1786-1859)

    **********************************


    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires